Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait pas d'ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Irak : une trentaine de morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

Economie

Le Japon reconnaît être entré en déflation

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/11/2009

Le gouvernement japonais s'est officiellement inquiété de la baisse continue des prix et estime que cette déflation pourrait avoir un effet néfaste sur l'investissement et ralentir le processus de reprise économique.

AFP - Le gouvernement japonais a officiellement admis, vendredi, que la deuxième économie mondiale traverse une période de déflation, jugeant le phénomène "préoccupant" alors que les prix à la consommation ne cessent de dégringoler depuis sept mois.
  
Le Japon est dans "une situation de déflation", a déclaré le Premier ministre adjoint Naoto Kan, cité par les médias japonais.
  
"Qu'on appelle ça déflation ou non, la récente chute des prix est mauvaise et préoccupante. C'est l'un des grands problèmes politiques à l'heure actuelle", a estimé pour sa part le ministre des Finances Hirohisa Fujii au cours d'une conférence de presse.
  
Les prix à la consommation au Japon, hors produits frais, ont reculé pour le septième mois d'affilée en septembre (-2,3% sur un an). Ils avaient notamment connu en août leur plus forte chute jamais enregistrée (-2,4%).
  
La déflation, que le Japon a déjà connue entre juin 1998 janvier 2006, est un phénomène pernicieux qui ruine les perspectives de bénéfices des entreprises, décourage l'investissement en augmentant les taux d'intérêt réels, et réduit les capacités des ménages à rembourser leurs dettes.
  
Cette baisse généralisée et prolongée des prix s'explique, essentiellement, par les capacités de production excessives des entreprises nippones par rapport à la demande tant nationale qu'étrangère.
  
Même si le gouvernement nippon n'a reconnu l'existence de la déflation que vendredi, cela ne faisait plus aucun doute pour les économistes.
  
"Nous assistons clairement à de la déflation", avait par exemple affirmé jeudi à Tokyo l'économiste de l'Organisation de coopération et développement économiques (OCDE), Randall Jones. L'OCDE prévoit que cette chute des prix au Japon se poursuivra au moins jusqu'en 2011.
  
La persistance de la déflation rend très improbable une hausse prochaine des taux d'intérêt, ramenés au niveau symbolique de 0,10% en décembre 2008 par la Banque du Japon (BoJ).

Première publication : 20/11/2009

COMMENTAIRE(S)