Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

Afrique

Le président gabonais Ali Bongo a été reçu à l'Élysée

Vidéo par Céline MISSOFFE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/11/2009

Ali Bongo, qui effectue en France sa première visite hors d'Afrique depuis son élection, a déjeuné avec Nicolas Sarkozy. Le président français a notamment salué les "réformes engagées" par son homologue gabonais.

AFP - Nicolas Sarkozy a salué vendredi les premières réformes engagées par le nouveau président gabonais Ali Bongo Ondimba, qui a succédé mi-octobre à son père Omar Bongo à l'issue d'une élection contestée, lors de leur première rencontre à Paris depuis ce scrutin.

Le président français a "salué les réformes engagées par Ali Bongo, notamment l'accent mis sur la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption, et l'a encouragé à poursuivre dans cette voie", a-t-on indiqué à l'Elysée à l'issue de ce déjeuner de travail.

MM. Sarkozy et Bongo ont abordé l'ensemble des questions bilatérales, avec la préoccupation "de voir comment, dans l'intérêt de nos peuples, renforcer cette coopération multiple et dans beaucoup de domaines exemplaires", a déclaré le chef de l'Etat gabonais à la presse.

Les deux dirigeants ont ainsi évoqué la renégociation en cours de l'accord de défense entre les deux pays. "Nous sommes en train au moment présent de regarder la question des accords qui nous lient avec la République française", a indiqué Ali Bongo, "bientôt, lorsque nous nous serons mis d'accord, vous aurez l'information".

En matière économique, ils ont également discuté de la décision gabonaise de suspendre les exportations de bois gabonais en 2010, afin de favoriser le développement d'une industrie locale de transformation, qui suscite l'inquiétude des professionnels français du secteur.

Le président français a "exprimé le souhait que cette réforme se fasse en concertation" avec la filière, selon l'Elysée. "Cette décision qui ne doit inquiéter personne puisqu'il y aura un certain nombre de mesures d'accompagnement", a confirmé Ali Bongo.

Le président gabonais a profité de son passage à Paris pour défendre une nouvelle fois les conditions controversées de son élection. "Les élections ont été transparentes au Gabon, il est sûr que certains le contestent, c'est leur droit, et ils l'ont fait savoir", a-t-il répété.

Il a également rendu hommage à l'attitude "exemplaire" de la France, accusée par ses adversaires de l'avoir soutenu. "Je serai tenté de dire pauvre France", s'est-il amusé, "lorsqu'elle ne s'ingère pas assez on râle, lorsqu'elle s'ingère on râle, quelle que soit l'attitude des autorités françaises vous aurez toujours quelqu'un pour râler".

Première publication : 20/11/2009

  • DIPLOMATIE - GABON

    Ali Bongo en France pour normaliser les relations entre Paris et Libreville

    En savoir plus

  • GABON

    Ali Bongo prête serment après une saga électorale de plus d'un mois

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)