Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

Economie

Le premier A380 d'Air France fait ses débuts sur la ligne Paris-New York

Vidéo par Damien COQUET

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/11/2009

La compagnie française est la première en Europe à mettre en ligne le très gros porteur d'Airbus. Elle devrait recevoir trois autres A380 d'ici à l'été prochain pour desservir Johannesburg et Tokyo.

AFP - Air France fait voler vendredi son premier A380, un vol inaugural entre Paris et New York auquel participeront notamment 380 fans de l'avion géant qui ont acheté leurs places aux enchères et qui fait d'elle la première compagnie européenne à l'exploiter commercialement.

L'AF380 doit décoller vendredi vers 11H45 de l'aéroport parisien de Roissy avec 538 passagers à son bord et atterrir à New York à 13H20 locales.

Une liaison symbolique : c'est déjà entre Paris et New York qu'Air France exploitait le prestigieux Concorde jusqu'en 2003.

Pour donner plus de retentissement à l'opération, flatteuse pour son image, la compagnie a mis aux enchères 380 places, au bénéfice d'oeuvres humanitaires en faveur de l'enfance. Le montant de la recette n'a pas été pour l'instant divulgué.

Le reste des places sera réparti entre invités et dirigeants de la compagnie.

Air France a promis un traitement de faveur aux passagers pour les deux vols inauguraux - Paris-New York vendredi et New York-Paris samedi - avec des "surprises" et quelques cadeaux.

Elle devient ainsi la première compagnie européenne à exploiter l'avion géant - après Singapore Airlines, Emirates et l'australienne Qantas - et la première à le faire voler sur la route transatlantique entre l'Europe et l'Amérique du Nord.

Elle a reçu son avion fin octobre sur le site Airbus de Hambourg et a depuis entrepris de familiariser ses personnels avec le nouveau venu. Les pilotes sont ainsi allés faire des décollages et atterrissages en série sur l'aéroport de Châteauroux.

Les vols commerciaux réguliers débuteront le 23 novembre au-dessus de l'Atlantique, une route habituellement fréquentée et rentable, avec une clientèle de touristes et d'hommes d'affaires.

La compagnie, qui a commandé un total de douze A380, desservira ensuite Johanesbourg à compter du 3 février 2010, avant Tokyo.

Elle devance ainsi ses concurrentes européennes British Airways, Lufthansa et Virgin Atlantic, qui sont aussi sur les rangs pour exploiter l'avion géant.

Air France table sur l'engouement des passagers pour ce nouvel appareil, qui offre plus d'espace et de calme. La nouveauté attire aussi les personnels navigants : "nous avons reçu 3.000 candidatures d'hôtesses et stewards" pour effectuer les premiers vols, assure le directeur général d'Air France, Pierre-Henri Gourgeon.

Cette mise en service intervient alors que la compagnie, qui a annoncé un plan de départs volontaires pour environ 1.500 de ses salariés, traverse une mauvaise passe, à l'instar de nombre de ses concurrentes touchées par le recul du trafic mondial de passagers.

Après une lourde perte de 426 millions au premier trimestre, le groupe franco-néerlandais Air France-KLM devait publier mercredi soir ses résultats pour le deuxième trimestre de son exercice 2009/2010, qui s'annoncent mauvais. Les analystes s'attendent à une nouvelle perte trimestrielle de 102 millions d'euros, selon leur prévision moyenne.

Alors que l'A380 avait été commandé en juin 2001 pour faire face à la croissance du transport aérien, Air France espère aujourd'hui en faire une arme anti-crise. C'est "notre atout stratégique pour passer la crise et pour en amortir les effets", juge Pierre-Henri Gourgeon.

Air France compte en effet tirer profit du très gros porteur pour réaliser quelques économies : elle en espère 15 millions d'euros par an pour chaque avion en service, mettant à profit les gains d'échelle et de carburant. Sur New York, un A380 remplacera à lui seul un Boeing 777-200 et un Airbus A340.
 

Première publication : 20/11/2009

COMMENTAIRE(S)