Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

EUROPE

Poutine annonce un compromis avec Kiev sur l'épineux dossier gazier

Vidéo par Sonia DRIDI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/11/2009

A l'issue de négociations avec son homologue ukrainienne, le Premier ministre russe a annoncé qu'un compromis avec Kiev avait été trouvé : Moscou accepte de réduire les volumes du gaz devant être acquis par Kiev sans imposer de pénalités.

AFP - Le Premier ministre russe, Vladimir Poutine, a annoncé tard le soir de jeudi un compromis avec Kiev sur l'épineux dossier gazier et a fait l'éloge de son homologue ukrainienne Youlia Timochenko, à l'issue de négociations avec elle à Yalta (sud de l'Ukraine).

"Le Premier ministre a posé une série de questions liées à la crise. Nous avons jugé possible d'accéder à ses désirs et de corriger les accords" conclus auparavant, a déclaré M. Poutine lors d'une conférence de presse conjointe avec Mme Timochenko.

La Russie a notamment accepté de réduire les volumes du gaz devant être acquis par Kiev sans imposer de pénalités, a-t-il annoncé alors que selon la présidence ukrainienne ces sanctions pourraient atteindre 8,5 milliards de dollars en 2009.

Mme Timochenko, dont le pays frappé de plein fouet par la crise économique mondiale a du mal à régler sa facture gazière à la Russie a dit "apprécier" la décision de Moscou.

M. Poutine a aussi indiqué que le tarif payé par Moscou pour le transit de son gaz vers l'Europe via l'Ukraine allait augmenter de 60% l'an prochain.

Le président ukrainien Viktor Iouchtchenko a averti plus tôt dans la journée que le transit vers l'Europe via l'Ukraine serait de nouveau menacé si Kiev et Moscou ne révisaient pas les contrats gaziers signés en janvier, dans un message à son homologue russe Dmitri Medvedev.

Début janvier, les Européens avaient déjà subi une longue interruption des livraisons russes au beau milieu de l'hiver, en raison d'un conflit gazier ukraino-russe. Un quart du gaz consommé dans l'UE provient de Russie, dont 80% transitent par l'Ukraine.

Signe inquiétant pour l'Europe, M. Poutine avait déjà averti le 11 novembre que son pays réduirait ses livraisons de gaz à l'Europe via l'Ukraine si celle-ci en prélevait illégalement sans régler sa facture.

Les propos tenus jeudi par M. Iouchtchenko ont provoqué une vive réaction du Kremlin, qui les a qualifiés du "chantage politique", selon l'expression du conseiller diplomatique de M. Medvedev.

Si M. Iouchtchenko, un fervent pro-occidental, est frappé par l'ostracisme de la Russie, M. Poutine et Mme Timochenko ont maintes fois affiché des rapports plutôt amicaux.

Cela a valu a Mme Timochenko, jugée pro-européenne mais dont l'orientation reste floue, d'être accusée par ses critiques d'accords politiques secrets avec Moscou.

A Yalta, Vladimir Poutin a fait l'éloge de son homologue au risque d'être accusé de nouveau d'ingérence dans les affaires intérieures de l'Ukraine, alors que Mme Timochenko est une des favoris de la présidentielle prévue le 17 janvier.

"Nous nous sentons en plein confort en travaillant avec le cabinet Timochenko", a déclaré M. Poutine.

"Pour la première fois ces dernières années, l'Ukraine honore tous ses engagements, pleinement et avec conséquence. Cela constitue un facteur considérable de la stabilité énergétique en Europe", a-t-il poursuivi, soulignant qu'il devait en "rendre justice au gouvernement ukrainien".

La rencontre de Yalta ne doit pas être considérée comme un soutien à la candidature de Mme Timochenko, a assuré la veille le conseiller diplomatique du Premier ministre russe, Iouri Ouchakov.

Lors de la précédente présidentielle en 2004, le Kremlin avait ouvertement soutenu le candidat du pouvoir, Viktor Ianoukovitch, réputé pro-russe. M. Poutine, alors président, s'était alors rendu à deux reprises en Ukraine pendant la campagne électorale.

M. Ianoukovitch apparaît comme le favori de la prochaine élection avec 41% d'intentions de vote, devant Mme Timochenko (25%), selon un récent sondage. Le président sortant est loin derrière avec 4%.

 

Première publication : 20/11/2009

COMMENTAIRE(S)