Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

Culture

Le fils d'Albert Camus s'oppose au transfert de son père au Panthéon

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/11/2009

Selon lemonde.fr, le fils de l'écrivain Albert Camus refuse que les restes de son père soient transférés au Panthéon comme le souhaite Nicolas Sarkozy. Il dit craindre une "récupération" politique.

REUTERS - Jean Camus, fils de l'écrivain Albert Camus, est opposé au transfert des restes de son père au Panthéon, souhaité par Nicolas Sarkozy, écrit Le Monde samedi sur son site internet.
 
Le quotidien cite une source de son entourage, selon laquelle Jean Camus craint une "récupération" de son père par le chef de l'Etat et juge qu'une telle décision serait un
"contresens" par rapport à la vie du prix Nobel de littérature.
 
De son côté, sa soeur, Catherine Camus, ne s'est pas clairement prononcée pour ou contre le transfert de son père au Panthéon. "Je ne sais pas", a-t-elle déclaré samedi sur France Inter. "C'est quelqu'un qui a essayé de parler pour tous ceux qui n'avaient pas la parole, et de ce point de vue-là, c'est un beau symbole", a-t-elle ajouté.
 
Mais son père, a-t-elle poursuivi, n'"aimait pas" les grands honneurs. "C'est pour ça que la question n'est pas simple."
 
Nicolas Sarkozy a estimé jeudi que l'entrée de Camus au Panthéon "serait un symbole extraordinaire", à l'occasion des 50 ans de la mort de l'écrivain.
 
Ce serait le premier transfert au Panthéon décidé par Nicolas Sarkozy. Son prédécesseur Jacques Chirac avait organisé l'entrée au Panthéon des écrivains André Malraux (1996) et Alexandre Dumas (2002).
 

Première publication : 22/11/2009

COMMENTAIRE(S)