Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

MODE

Fashion week : promenade pour un objet d’exception

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande : un sursaut possible ?

En savoir plus

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

  • Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

    En savoir plus

  • Après le "non" de l’Écosse, la Catalogne prépare son propre référendum

    En savoir plus

  • Ebola : l'infirmière française contaminée reçoit un traitement expérimental

    En savoir plus

  • Les Écossais disent "non" à l’indépendance

    En savoir plus

  • Les volleyeurs français dans le dernier carré du mondial

    En savoir plus

  • À Washington, Petro Porochenko réclame et obtient plus de soutien des États-Unis

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao écope de six mois de suspension

    En savoir plus

Amériques

Visite d'État du Premier ministre indien Manmohan Singh à Washington

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/11/2009

Un an après les attentats de Bombay, le Premier ministre indien effectue sa première visite d'État aux États-Unis sous l'ère Obama. Il insistera sur la question de la sécurité au Pakistan et en Afghanistan auprès du président américain.

AFP - Le Premier ministre indien Manmohan Singh est arrivé dimanche aux Etats-Unis, où il a entamé la première visite d'Etat depuis que le président Barack Obama occupe la Maison Blanche, a indiqué le porte-parole de l'ambassade d'Inde aux Etats-Unis, Rahul Chhabra.
   
Manmohan Singh a atterri à Andrews, une base militaire proche de la capitale Washington, selon l'amabassade. Sa visite d'Etat doit durer quatre jours.
   
Une cérémonie d'accueil et un dîner d'honneur seront organisés mardi à la Maison Blanche à l'occasion de cette première visite d'Etat.
   
Les deux leaders devraient aborder ensemble de nombreux thèmes de discussion, du changement climatique au commerce en passant par l'Afghanistan.
   
Selon les experts cette visite est aussi très largement symbolique, M. Obama pouvant montrer ainsi son attachement à la plus grande démocratie du monde après avoir développé des liens avec la Chine et le Pakistan.
   
Le leader indien rencontrera lundi des responsables commerciaux et des experts des affaires étrangères.
   
Il a lancé dimanche dans la presse américaine un appel pour que le gouvernement américain fasse pression sur le Pakistan de manière à contrôler les extrémistes, doutant qu'Islamabad soit totalement engagé à le faire.
   
Le chef du gouvernement indien a indiqué, dans une interview au Washington Post et à Newsweek, qu'il avait renouvelé son appel à discuter avec le Pakistan. Mais, a-t-il souligné, le rival historique de l'Inde n'a pas suffisamment agi contre les instigateurs de l'attaque terroriste qui a ensanglanté Bombay l'an dernier.
   
"Nous avons été les victimes d'actions terroristes soutenues et inspirées par le Pakistan depuis près de 25 ans et nous souhaiterions que les Etats-Unis usent de toute leur influence pour que le Pakistan abandonne cette voie", a-t-il dit.
   
M. Singh a également déclaré qu'il encouragerait M. Obama à rester militairement engagé en Afghanistan alors que ce dernier s'apprête à décider du nombre de renforts devant y être déployées.
   
Pour lui l'Afghanistan pourrait sombrer dans une guerre civile si les Etats-Unis décidaient de s'en retirer.
   
M. Singh doute que le Pakistan et les Etats-Unis partagent les mêmes objectifs en Afghanistan. Selon lui, Islamabad a intérêt à maintenir son influence sur son voisin du nord.
   
"Je ne vois pas le Pakistan accueillir avec enthousiasme le soutien d'actions menées contre les talibans en Afghanistan", a jugé M. Singh. "Ils agissent naturellement (contre les talibans, ndlr) seulement quand la suprématie de leur armée est menacée", a-t-il ajouté.

Première publication : 23/11/2009

COMMENTAIRE(S)