Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

Culture

"Camus n'a pas besoin de Sarkozy, et Sarkozy pourrait se passer de Camus", selon Olivier Todd

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/11/2009

Le président français, Nicolas Sarkozy, souhaite transférer le corps d'Albert Camus au Panthéon. Mais le fils de l'écrivain s'oppose à ce qu'il considère comme une "récupération" politique. Débat avec Olivier Todd et Alain-Gérard Slama.

Quand la politique se frotte à la littérature, elle s’y pique. Après la polémique lancée par le député UMP Eric Raoult, exigeant de la lauréate du prix Goncourt 2009 Marie NDiaye un ‘’devoir de réserve’’, le président français fait à son tour l’expérience des réticences du milieu littéraire. Désireux de transférer le corps d’Albert Camus au Panthéon, Nicolas Sarkozy a essuyé le refus du fils de l’écrivain, Jean Camus.

Albert Camus sur le web

Selon le journal ‘’Le Monde’’, qui cite l'entourage de Jean Camus, celui-ci juge que le transfert au Panthéon début 2010 du corps de son père, qui repose depuis 50 ans à Lourmarin (Vaucluse) relève du ‘’contresens’’ et de la ‘’récupération’’. Sa fille, Catherine, sœur jumelle de Jean, est moins catégorique. Elle rappelle que son père "était claustrophobe" et "n'aimait pas" les honneurs. "C'est pour ça que la question n'est pas simple", ajoute-t-elle, tout en admettant que ce serait un ‘’beau symbole’’.

"Nous voilà des vieux cons décorés !"

Albert Camus, prix Nobel de littérature en 1957, n’était pas un homme de décorations. ‘’Cela ne correspond pas à l’œuvre de Camus, et encore moins à sa vie’’, renchérit, sur FRANCE 24, Olivier Todd, auteur d’une biographie de l’écrivain. A la Libération, l’auteur de ‘’Caligula’’, alors approché pour être décoré pour son travail au sein du journal ‘’Combat’’, s’était exclamé : ‘’Nous étions des vieux cons, nous voilà des vieux cons décorés !’’ De fait, Camus n’a accepté qu’une seule médaille, ‘’une décoration donnée par le gouvernement républicain espagnol en exil, pour sa fidélité à l’Espagne républicaine et son opposition au franquisme’’, rappelle Olivier Todd.

Et le prix Nobel ? ‘’Quand Camus a eu le Nobel, il a dit que c’était trop lourd pour lui’’, indique Alain-Gérard Slama, chroniqueur au ‘’Figaro’’ et producteur à France Culture. Une coquetterie ? ‘’Non, il était très sincère.’’

 


Énième "ouverture" à gauche


Depuis que Nicolas Sarkozy a évoqué l’idée, jeudi dernier, de ‘’panthéoniser’’ l’auteur de ‘’L’Etranger’’ et de ‘‘L’Homme révolté’’, les commentateurs tentent d’en comprendre la portée politique. Défenseur d’une troisième voie lors de la guerre d’Algérie, Camus est-il le symbole de la réconciliation méditerranéenne voulue par le chef de l’Etat ? Ou est-ce l’occasion d’effectuer une énième ‘’ouverture’’ à gauche, sachant qu’Albert Camus avait été membre du Parti communiste avant de devenir un soutien indéfectible du socialiste Pierre Mendès-France ?

‘’Il est très tentant de récupérer Camus, dans le sens de la mode actuelle, de l’éthique, de la régulation, du au-delà-de-la-droite-et-de-la-gauche’’, estime Alain-Gérard Slama, en référence au fait qu’Albert Camus, pourtant classé à gauche, s’est opposé, dans les années 1950, à Jean-Paul Sartre à propos du communisme et du stalinisme, et avait été accusé d’avoir viré de bord politique. L’homme de lettres avait d’ailleurs écrit : ‘’On ne décide pas de la vérité d’une pensée selon qu’elle est à droite ou à gauche. Et moins encore ce que la droite et la gauche décident d’en faire. A ce compte, Descartes serait stalinien et Péguy bénirait M. Pinay. Si la vérité me paraissait à droite, j’y serais.’’

Surtout, tranche Olivier Todd, le transfert de Camus au Panthéon ‘’gêne beaucoup de gens en ce moment. On se rend compte que Camus n’a pas besoin de Sarkozy, et que Sarkozy pourrait quand même essayer de se passer de Camus.’’

 

Première publication : 23/11/2009

COMMENTAIRE(S)