Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

SCIENCES

Les ministres de l'Environnement de l'UE préparent le sommet de Copenhague

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/11/2009

Ultime réunion, ce lundi, des ministres européens de l'Environnement avant l'ouverture du sommet international sur le climat. Le responsable onusien des négociations, Yvo de Boer (photo), estime qu'un accord "très précis" est possible à Copenhague.

AFP - Le responsable des négociations au sommet de l'ONU sur le climat, Yvo de Boer, croit à un accord "très précis" en décembre, grâce aux engagements de grandes économies, mais les Etats-Unis vont devoir améliorer leur copie, a-t-il déclaré lundi à l'AFP à Bruxelles.

"Je crois que nous aurons un accord très précis" à Copenhague, a-t-il dit en arrivant à Bruxelles pour une ultime rencontre avec les ministres de l'Environnement de l'Union européenne avant le coup d'envoi des négociations de Copenhague (7 décembre au 18 décembre).

"Je crois que nous aurons une liste d'objectifs des pays riches, une clarification sur ce que des pays en développement majeurs comme l'Inde et la Chine sont prêts à faire, mais aussi une clarification des financements (pour l'aide aux pays pauvres) à travers une liste de contributions", a-t-il jugé.

M. de Boer s'est félicité des récentes promesses faites par le Brésil, la Corée du Sud, la Russie ou le Japon. "La question clef actuellement ce sont les Etats-Unis", car "tout le monde est prêt", a-t-il néanmoins insisté.

"Je pense que le président américain Barack Obama sera en mesure de venir à Copenhague avec un objectif (de réductions des émissions polluantes) et une contribution financière (aux efforts des pays pauvres)", a-t-il ajouté.

Il n'a "pas besoin" pour cela de finaliser un texte législatif dans son pays, avant les négociations internationales de Copenhague, selon M. de Boer.

"Aucun des pays qui avaient signé l'accord de Kyoto n'avait mis en place un texte législatif, ils l'ont tous fait après", a rappelé le responsable des négociations.
 

Première publication : 23/11/2009

COMMENTAIRE(S)