Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

SCIENCES

Les ministres de l'Environnement de l'UE préparent le sommet de Copenhague

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/11/2009

Ultime réunion, ce lundi, des ministres européens de l'Environnement avant l'ouverture du sommet international sur le climat. Le responsable onusien des négociations, Yvo de Boer (photo), estime qu'un accord "très précis" est possible à Copenhague.

AFP - Le responsable des négociations au sommet de l'ONU sur le climat, Yvo de Boer, croit à un accord "très précis" en décembre, grâce aux engagements de grandes économies, mais les Etats-Unis vont devoir améliorer leur copie, a-t-il déclaré lundi à l'AFP à Bruxelles.

"Je crois que nous aurons un accord très précis" à Copenhague, a-t-il dit en arrivant à Bruxelles pour une ultime rencontre avec les ministres de l'Environnement de l'Union européenne avant le coup d'envoi des négociations de Copenhague (7 décembre au 18 décembre).

"Je crois que nous aurons une liste d'objectifs des pays riches, une clarification sur ce que des pays en développement majeurs comme l'Inde et la Chine sont prêts à faire, mais aussi une clarification des financements (pour l'aide aux pays pauvres) à travers une liste de contributions", a-t-il jugé.

M. de Boer s'est félicité des récentes promesses faites par le Brésil, la Corée du Sud, la Russie ou le Japon. "La question clef actuellement ce sont les Etats-Unis", car "tout le monde est prêt", a-t-il néanmoins insisté.

"Je pense que le président américain Barack Obama sera en mesure de venir à Copenhague avec un objectif (de réductions des émissions polluantes) et une contribution financière (aux efforts des pays pauvres)", a-t-il ajouté.

Il n'a "pas besoin" pour cela de finaliser un texte législatif dans son pays, avant les négociations internationales de Copenhague, selon M. de Boer.

"Aucun des pays qui avaient signé l'accord de Kyoto n'avait mis en place un texte législatif, ils l'ont tous fait après", a rappelé le responsable des négociations.
 

Première publication : 23/11/2009

COMMENTAIRE(S)