Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH 17 en Ukraine : une enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

SUR LE NET

"Tor", nouvelle cible de la NSA

En savoir plus

  • Reprise des bombardements à Gaza, l'espoir d'une trêve s'éloigne

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

  • Boko Haram kidnappe la femme du vice-Premier ministre camerounais

    En savoir plus

Asie - pacifique

Le Cambodge des Khmers rouges

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 23/11/2009

Entre 1975 et 1979, les Khmers rouges ont soumis le Cambodge à un régime totalitaire où plus d'un million de personnes ont trouvé la mort. Éclairage.

Comment les Khmers rouges sont-ils arrivés au pouvoir ?

Dans les années 60, les Khmers rouges sont le bras armé du Parti communiste du Kampuchea (nom donné par les communistes au Cambodge). A la suite du coup d’État militaire de 1970, ils nouent une alliance de circonstance avec le prince évincé. Ils se lancent alors à l’assaut du pouvoir et après cinq ans de guerre civile, ils réussissent à s’emparer de Phnom Penh et à évincer les militaires.

Quelle était leur idéologie ?

La plupart des leaders du mouvement, y compris Pol Pot, ont fait une partie de leurs études en France où ils ont été influencés par le Parti communiste français. Mais le contexte asiatique, et les exemples vietnamien et chinois, ont également contribué à forger leur corpus idéologique. Ainsi, à l’instar du maoïsme, ils font des paysans leur classe prolétaire. Ils se sont également construits en opposition frontale à leur voisin vietnamien qu’ils estimaient arrogant et intellectuel.

Quelle a été la politique menée durant le régime de Pol Pot ?

En arrivant au pouvoir, Pol Pot a déclaré "l’année zéro" pour la République démocratique du Kampuchea. Les Khmers rouges ont complètement isolé le pays et ont entrepris une politique de création d’un "homme nouveau". Toute personne suspectée d’être un "intellectuel" était torturée et le plus souvent exécutée. Le simple fait de porter des lunettes pouvait suffire. Cette purge s’est transformée au fil des ans en traque de tous ceux suspectés d’être des opposants. D’un point de vue économique, les Khmers rouges ont aboli la monnaie, la propriété privée, vidé les villes et forcé la population à s’établir dans des collectivités rurales.

Combien de personnes ont été tuées sous ce régime totalitaire ?

Selon les estimations, entre 1 et 2,5 millions de Cambodgiens sur une population de 8 millions ont trouvé la mort sous le régime des Khmers rouges. L’université d'Hawaï a procédé à un calcul statistique des victimes du régime de Pol Pot. Selon cette étude, entre 1970 et 1980, 2 400 000 personnes ont trouvé la mort. Une estimation qui inclu, outre les morts dûes à la répression, celles causées par la famine.

Comment s’est achevé le règne des Khmers rouges ?

En 1978, les tensions entre le Vietnam et le Cambodge dégénèrent en guerre ouverte. Le 7 janvier 1979, Phnom Penh tombe aux mains des Vietnamiens. Les Khmers rouges sont forcés de se retrancher à l’ouest du pays où ils continueront jusqu’à la mort de Pol Pot, en 1998, à alimenter une guérilla contre le gouvernement en place. Le Kampuchea démocratique a bénéficié, jusqu’en 1993, d'un siège réservé à l'Assemblée générale de l’ONU.

Première publication : 23/11/2009

COMMENTAIRE(S)