Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Asie - pacifique

Le Cambodge des Khmers rouges

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 23/11/2009

Entre 1975 et 1979, les Khmers rouges ont soumis le Cambodge à un régime totalitaire où plus d'un million de personnes ont trouvé la mort. Éclairage.

Comment les Khmers rouges sont-ils arrivés au pouvoir ?

Dans les années 60, les Khmers rouges sont le bras armé du Parti communiste du Kampuchea (nom donné par les communistes au Cambodge). A la suite du coup d’État militaire de 1970, ils nouent une alliance de circonstance avec le prince évincé. Ils se lancent alors à l’assaut du pouvoir et après cinq ans de guerre civile, ils réussissent à s’emparer de Phnom Penh et à évincer les militaires.

Quelle était leur idéologie ?

La plupart des leaders du mouvement, y compris Pol Pot, ont fait une partie de leurs études en France où ils ont été influencés par le Parti communiste français. Mais le contexte asiatique, et les exemples vietnamien et chinois, ont également contribué à forger leur corpus idéologique. Ainsi, à l’instar du maoïsme, ils font des paysans leur classe prolétaire. Ils se sont également construits en opposition frontale à leur voisin vietnamien qu’ils estimaient arrogant et intellectuel.

Quelle a été la politique menée durant le régime de Pol Pot ?

En arrivant au pouvoir, Pol Pot a déclaré "l’année zéro" pour la République démocratique du Kampuchea. Les Khmers rouges ont complètement isolé le pays et ont entrepris une politique de création d’un "homme nouveau". Toute personne suspectée d’être un "intellectuel" était torturée et le plus souvent exécutée. Le simple fait de porter des lunettes pouvait suffire. Cette purge s’est transformée au fil des ans en traque de tous ceux suspectés d’être des opposants. D’un point de vue économique, les Khmers rouges ont aboli la monnaie, la propriété privée, vidé les villes et forcé la population à s’établir dans des collectivités rurales.

Combien de personnes ont été tuées sous ce régime totalitaire ?

Selon les estimations, entre 1 et 2,5 millions de Cambodgiens sur une population de 8 millions ont trouvé la mort sous le régime des Khmers rouges. L’université d'Hawaï a procédé à un calcul statistique des victimes du régime de Pol Pot. Selon cette étude, entre 1970 et 1980, 2 400 000 personnes ont trouvé la mort. Une estimation qui inclu, outre les morts dûes à la répression, celles causées par la famine.

Comment s’est achevé le règne des Khmers rouges ?

En 1978, les tensions entre le Vietnam et le Cambodge dégénèrent en guerre ouverte. Le 7 janvier 1979, Phnom Penh tombe aux mains des Vietnamiens. Les Khmers rouges sont forcés de se retrancher à l’ouest du pays où ils continueront jusqu’à la mort de Pol Pot, en 1998, à alimenter une guérilla contre le gouvernement en place. Le Kampuchea démocratique a bénéficié, jusqu’en 1993, d'un siège réservé à l'Assemblée générale de l’ONU.

Première publication : 23/11/2009

COMMENTAIRE(S)