Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

La Toile réagit au discours de Barack Obama sur l'EIIL

En savoir plus

SUR LE NET

Le web révolutionne le journalisme d'investigation

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy : Chronique d'un retour annoncé

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 12 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 12 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le PS dans la tourmente

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Emma Stone et Colin Firth nous jouent un tour dans "Magic in the moonlight"

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

FOCUS

Un siècle après, que reste-t-il de la présence allemande en Namibie ?

En savoir plus

  • Paris s'apprête à accueillir la conférence internationale sur l'État islamique

    En savoir plus

  • EI : "Ce ne sont pas des musulmans mais des monstres", affirme Cameron

    En savoir plus

  • Mondial de basket : la "team USA" seule au monde

    En savoir plus

  • Législatives suédoises : la gauche en tête, poussée de l'extrême droite

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Lille prend la tête, l’OM revient

    En savoir plus

  • Objecteurs de conscience en Israël : 200 vétérans défendent leur unité

    En savoir plus

  • Grève chez Air France : journée noire attendue lundi

    En savoir plus

  • Les pro-russes menacent le processus de paix dans l'est de l'Ukraine, selon Kiev

    En savoir plus

  • Tour d’Espagne : le troisième sacre d’Alberto Contador

    En savoir plus

  • Webdocumentaire : Chibanis, l’éternel exil des travailleurs maghrébins

    En savoir plus

  • Corée du Nord : l'Américain Matthew Miller condamné aux travaux forcés

    En savoir plus

  • Plus de 900 résidents français impliqués dans le jihad

    En savoir plus

  • En images : Roland-Garros en fête pour la Coupe Davis

    En savoir plus

  • Corse : attentat contre une discothèque du Club Med

    En savoir plus

  • Mondial de basket : la France remporte une médaille de bronze historique

    En savoir plus

Economie

Le Sénat rejette le retour de la TVA à 19,6 % dans la restauration

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/11/2009

La TVA restera finalement à 5,5 % en France dans la restauration. Mardi, les sénateurs ont rejeté un amendement proposant de la fixer à nouveau à 19,6 %, les restaurateurs n'ayant pas tenu les promesses qu'ils avaient faites lors de son abaissement.

REUTERS - Le taux de TVA de la restauration reste à 5,5% en France après le rejet par le Sénat dans la nuit de lundi à mardi en séance, à la demande du gouvernement, d'un amendement qui proposait de ramener ce taux à 19,6%.

A la demande du gouvernement, le Sénat a rejeté l'amendement par 203 voix contre 126. Les socialistes et quelques centristes ont voté pour. L'UMP a voté contre. Le groupe communiste et apparenté s'est abstenu.

"Il faut que les restaurateurs fassent un effort notamment en ce qui concerne le prix mais on ne peut pas revenir sur un contrat d'avenir qui a été conclu avec la profession", a dit Hervé Novelli, le secrétaire d'Etat au Commerce, qui a annoncé que le comité de suivi se réunirait le 15 décembre.

La commission des Finances du Sénat avait adopté à l'unanimité lundi après-midi cet amendement qui proposait de rétablir à 19,6% le taux de TVA dans la restauration.

Les sénateurs entendaient ainsi adresser "un coup de semonce aux organisations de restaurateurs et de leurs salariés afin qu'ils engagent, rapidement, des accords au bénéfice des consommateurs et de l'emploi", a expliqué Gérard Longuet, président du groupe UMP au Sénat.

Attendue de longue date par les restaurateurs, la baisse du taux de TVA à 5,5% est intervenue le 1er juillet.

L'amendement "frondeur", déposé par quatre sénateurs centristes, avait été adopté dans le cadre du projet de loi de finances pour 2010.

Les signataires jugaient que la baisse de la TVA n'était pas justifiée "dans le contexte budgétaire tendu que notre pays connaît et face au risque de creusement de notre déficit public".

"D'autant plus que les consommateurs n'ont pas vu de résultats probants sur les prix pratiqués par les restaurateurs", ajoutaient-ils dans l'exposé des motifs.

Lors de l'examen du projet de budget par l'Assemblée, plusieurs députés de la majorité comme de l'opposition avaient eux aussi émis des réserves sur la baisse du taux de la TVA.

Les parlementaires estiment que de trop nombreux restaurateurs n'ont pas tenu leurs engagements, qui étaient de répercuter cette baisse sur le prix des repas et de créer de nouveaux emplois dans ce secteur.

Première publication : 24/11/2009

COMMENTAIRE(S)