Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Les Arméniens cachés de Turquie en quête d’identité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Yémen : des milliers de réfugiés affluent à Djibouti

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Christianophobie" : un mots qui fait peur..

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Hillary Clinton entre en piste pour 2016 - Les élections législatives au Royaume-Uni

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Naufrages de migrants : l'Europe passive ou impuissante ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Manuel Valls contre le racisme et l'antisémitisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle américaine 2016 : l'économie dans la campagne

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Nokia s'offre Alcatel-Lucent : les emplois menacés ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

Afrique du Sud : les familles des mineurs de Marikana réclament justice

En savoir plus

Moyen-orient

À l'heure du Hajj, Riyad s'inquiète du déferlement de milliers de pèlerins

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/11/2009

Samedi dernier, les premiers décès de pèlerins musulmans liés à la grippe A(H1N1) ont été annoncés. Or, plus de 2,5 millions d'entre eux sont attendus à La Mecque et à Médine ces prochains jours...

AFP - Bravant la pandémie de grippe H1N1 et de possibles manifestations de pèlerins iraniens, plus de 2,5 millions de musulmans s'apprêtent à accomplir le pèlerinage (Hajj) dans les villes saintes saoudiennes de La Mecque et Médine.
   
Sous la surveillance de plus de 100.000 policiers et 20.000 membres des services médicaux, le plus grand pèlerinage annuel au monde culmine jeudi avec le rassemblement des fidèles sur le mont d'Arafat près de La Mecque.
   
Malgré les efforts des autorités pour réduire les risques de contamination, les premiers décès de pèlerins liés à la grippe H1N1 ont été annoncés samedi. Le nombre de cas de contamination - 20 annoncés samedi - reste toutefois largement en dessous de ce que les autorités redoutaient.
   
Le porte-parole du ministère de la Santé, Khaled Marghlani, a indiqué que les quatre pèlerins décédés - une Marocaine, un Soudanais et un Indien, tous âgés de 75 ans, et une Nigériane de 17 ans - avaient tous des problèmes de santé les rendant vulnérables.
   
Les autorités du royaume, où 70 personnes sont décédées et 7.000 ont été contaminées, en dehors des pèlerins, ont recommandé à ces derniers de se faire vacciner et multiplié les mesures de prévention.
   
Des caméras thermiques ont été installées dans les aéroports et le port de Jeddah, sur la mer Rouge.
   
Des centaines de lits ont été ajoutés dans les hôpitaux proches des lieux du pèlerinage et 1,5 million de doses de Tamiflu ont été stockées.
   
"Rien qu'à la Grande mosquée, nous avons six cliniques ouvertes 24 heures sur 24", a déclaré à l'AFP le ministre de la Santé, le Dr Abdallah al-Rabia.
   
La crainte de la grippe avait réduit le nombre de fidèles lors du petit pèlerinage, appelé Omra, pendant le ramadan, en août et septembre.
   
Mais son impact paraît limité sur le Hajj. Peu de fidèles portent des masques. "Plus d'un million d'entre nous ont prié dans la grande mosquée sans qu'il y ait de signes de grippe", affirme une Mauritanienne, Oum Saïd.
   
Les autorités redoutent par ailleurs que les 65.000 pèlerins iraniens n'organisent leur traditionnelle manifestation antiaméricaine vendredi.
   
Les dirigeants saoudiens ont mis en garde contre toute manifestation politique pendant le pèlerinage, comme celle des pèlerins iraniens en 1987 qui avait donné lieu à des heurts ayant fait plus de 400 morts.
   
"Nous n'autoriserons aucune action de nature à troubler les pèlerins ou présenter un risque pour leur sécurité", a déclaré à l'AFP le général Mansour Turki, responsable de la sécurité du pèlerinage.
   
Il n'a pas exclu d'autre part une menace d'Al-Qaïda après l'attentat manqué revendiqué par cette organisation contre le chef de la lutte antiterroriste, le prince Mohammed ben Nayef, dans son palais de Jeddah en août.
   
Ce pèlerinage se tient 30 ans après que des extrémistes musulmans se soient barricadés dans la grande mosquée de La Mecque. Il avait fallu deux semaines aux forces de l'ordre pour les déloger.
   
"Nous prenons toutes les contre mesures pour empêcher que cela ne se reproduise", a assuré le général Turki.
   
Mais à l'en croire, le plus grand risque demeure les mouvements de panique, comme celui qui avait coûté en 2006 la vie à 364 personnes.
   
Un pont de cinq étages, de 950 m de long et 80 m de large, a été érigé, pour un coût de 1,2 milliard de dollars, pour parer à ce risque lors du rituel de la lapidation des stèles représentant Satan.

 

Première publication : 24/11/2009

COMMENTAIRE(S)