Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • Écosse : "Quel que soit le résultat, il va y avoir beaucoup de mécontents"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

Amériques

Washington prêt à présenter des objectifs de réduction de ses émissions de gaz

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/11/2009

À moins de deux semaines de l'ouverture de la conférence de l'ONU sur le climat de Copenhague, les États-Unis affirment vouloir présenter des objectifs de réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre.

AFP - Les Etats-Unis se sont dits prêts lundi à présenter des objectifs de réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre à la conférence sur le climat à Copenhague, une annonce saluée par les mouvements écologistes qui attendent un geste fort de Washington.
  
"Dans un contexte où aussi bien les pays développés que les grands pays en développement présentent des propositions significatives avec l'objectif de parvenir à un accord global, les pays devront mettre sur la table leurs objectifs", a dit un haut responsable américain à la presse sous couvert d'anonymat.
  
Les Etats-Unis, l'un des deux plus gros pollueurs de la planète avec la Chine, satisferaient ainsi une attente importante de leurs partenaires internationaux avant la conférence prévue du 7 au 18 décembre.
  
Les objectifs américains devraient être clarifiés dans plusieurs jours, a dit le haut responsable américain. C'est aussi "dans les prochains jours" que le président Barack Obama décidera s'il se rend en personne à la conférence de Copenhague, a-t-il ajouté.
  
En Europe, des mouvements écologistes ont estimé que l'annonce d'un objectif de réduction des émissions polluantes par les Etats-Unis serait un pas en avant dans les négociations. Mais tout dépendra évidemment de l'ampleur des réductions prévues et de leur calendrier d'application.
  
"Obtenir des éclaircissements de la part des Etats-Unis quant à leurs engagements va s'avérer extrêmement important", a déclaré à l'AFP Kim Carstensen, du Fonds mondial pour la nature (WWF).
  
"Il est bon de savoir que nous aurons des chiffres de la part des Etats-Unis", a-t-elle ajouté, appelant Washington à préciser ses intentions en matière de réduction des émissions et d'aide aux pays en développement pour réduire les leurs.
  
Pour Greenpeace, il est impératif que les objectifs américains soient plus ambitieux que ceux actuellement en discussion au Congrès. Le Sénat doit ainsi débattre d'une réduction de 20% des émissions de gaz à effet de serre en 2020 par rapport à leur niveau de 2005.
  
Par rapport à 1990, l'année de référence adoptée par la quasi-totalité des pays concernés, un tel objectif ne se traduirait que par une réduction de 4%.
  
Si tel était l'objectif présenté par Washington, "il ne répondrait pas aux avertissement de la science et ne correspondrait pas à la responsabilité qui est celle des Etats-Unis dans la crise climatique actuelle", a déclaré Joris den Blanken, un responsable de Greenpeace.
  
"Nous exigeons des Etats-Unis un objectif de réduction d'au moins 25%", a-t-il ajouté.
  
L'Union européenne a annoncé une réduction de 20% de ses émissions en 2020 par rapport à 1990 et s'est dite prête à aller jusqu'à 30% si d'autres Etats développés suivent le mouvement.
  
Selon les chercheurs, une réduction de 25% à 40% des émissions des pays développés est indispensable si l'on veut pouvoir limiter le réchauffement du climat à 2 degrés.
  
Le Sénat américain ne devrait pas se prononcer sur la loi sur le climat avant le printemps, soit plusieurs mois après Copenhague.
  
Le Danemark a officiellement invité 191 chefs d'Etat ou de gouvernement des pays de l'ONU à participer aux deux derniers jours de la conférence. M. Obama est, de toute façon, censé se rendre en Europe le 10 décembre, date à laquelle il doit recevoir son prix Nobel de la paix, à Oslo.
  
Soixante-cinq dirigeants ont jusqu'à présent confirmé leur participation, a dit dimanche le Premier ministre danois Lars Loekke Rasmussen.

Première publication : 24/11/2009

COMMENTAIRE(S)