Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Economie

Porsche s'attend à essuyer de nouvelles lourdes pertes

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/11/2009

La holding de la marque automobile haut de gamme allemande craint d'accuser de nouvelles pertes s'élevant à plusieurs milliards d'euros. En cause : la prise de contrôle avortée de Volkswagen.

REUTERS - Porsche SE, la holding du groupe automobile haut de gamme allemand, s'achemine vers de nouvelles pertes de plusieurs milliards d'euros, la facture de la tentative ratée de la prise de contrôle de Volkswagen n'étant pas encore soldée.

Née de la restructuration de l'organigramme du groupe Porsche, la holding supporte la majeure partie de la dette contractée lors la montée au capital de Volkswagen, une participation qu'elle devra déconsolider, tout comme ses parts de Porsche AG, la filiale de construction automobile proprement dite.

Ce démantèlement complexe et coûteux sera le préambule à la fusion, annoncée pour 2011, de Porsche SE et de Volkswagen, dont elle détient aujourd'hui encore 51%.

L'envolée de sa dette juste avant la crise financière a forcé Porsche à renoncer à ses vues sur Volkswagen puis à accepter une fusion avec ce dernier. La première étape de ce rapprochement sera la vente à VW de 49,9% de Porsche AG, qui devrait être effective avant la fin de cette année.

Le projet prévoit le transfert des 50,1% restants de Porsche AG à Volkswagen d'ici 2014 au plus tard, a précisé Dieter Pötsch, le directeur financier de Porsche SE et de Volkswagen.

Ce dernier a expliqué que la perte liée à la déconsolidation serait inscrite dans les comptes de l'exercice à fin juillet si le Land de Basse-Saxe, actionnaire de VW, conservait son droit à désigner deux membres du conseil de surveillance de Volkswagen lors de la prochaine assemblée générale annuelle.

Selon les normes comptables IFRS (International Financial Reporting Standards), cela signifierait que Porsche devrait comptabiliser sa participation dans Volkswagen à sa valeur de marché, a dit Dieter Pötsch lors de la conférence de presseannuelle de Porsche.

"Cela engendrera une perte considérable sur la base du cours de Bourse actuel", a-t-il déclaré.

En tenant aussi compte de la vente prévue des 49,9% de la filiale automobile de Porsche AG à Volkswagen, le changement dans lastructure des comptes consolidés se traduira par une perte de "quelques milliards d'euros", a déclaré le directeur financier.

Porsche SE a publié une perte nette de 3,6 milliards d'euros pourl'exercice fiscal 2008-2009 clos fin juillet et son endettement net à la fin de l'exercice était de 11,4 milliards d'euros.

L'action Porsche cédait 1,18% à 50,12 euros à 14h55 GMT à laBourse de Francfort, alors que l'indice DJ Stoxx européen dusecteur automobile abandonnait 0,9%.

Première publication : 25/11/2009

COMMENTAIRE(S)