Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Planète

Avant Copenhague, les grandes puissances affichent leurs ambitions vertes

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/11/2009

Les grandes puissances multiplient annonces et initiatives pour que le succès soit au rendez-vous à Copenhague où s'ouvre dans moins de deux semaines la conférence de l'ONU sur le réchauffement climatique.

Les 191 pays invités, plus le Danemark, doivent se réunir du 7 au 18 décembre à Copenhague afin de trouver un accord mondial pour prévenir le réchauffement de la planète. Soixante-sept chefs d’Etat et de gouvernement ont déjà confirmé leur présence à la conférence de l’ONU. L’enjeu : trouver un accord mondial sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre - le protocole de Kyoto arrivant à échéance en 2012.

A quelques jours de la rencontre, les principaux acteurs - et en particulier la Chine et les Etats-Unis - ont annoncé des objectifs chiffrés. Tour d’horizon.

La Chine fait preuve de bonne volonté


La Chine, l’un des deux plus gros pollueurs de la planète, s'est toujours refusée à fixer des objectifs contraignants en matière de réduction d'émissions polluantes, afin de ne pas sacrifier sa croissance. A moins de deux semaines de la Conférence sur le climat, elle change son braquet. Le Premier ministre chinois, Wen Jiabao, a annoncé qu’il se rendra à la conférence de Copenhague, satisfaisant ainsi la communauté internationale qui ne peut escompter un succès sans la présence chinoise.

Premier émetteur de gaz à effet de serre, la Chine affiche pour la première fois un objectif chiffré de réduction de son "intensité carbonique" (émissions polluantes par unité de PIB) de 40 à 45 % d'ici 2020, en prenant pour référence 2005.


En parlant non pas de réduction globale, mais de baisse des émissions par point de pourcentage du PIB, la Chine souligne que sa priorité reste le maintien de la croissance économique.

Les Etats-Unis concilient exigences internationales et politique intérieure


Les Etats-Unis, l'autre deuxième plus gros pollueur de la planète, s’affirment comme un acteur incontournable pour l’obtention d’un succès à Copenhague.

En rupture par rapport à son prédécesseur George W. Bush, Barack Obama a conscience des enjeux et prend les négociations au sérieux. Pour preuve, il se rendra en personne à la Conférence sur le climat, où il devra tenter de concilier attentes internationales et exigences du Congrès américain.

Barack Obama a chiffré ses objectifs de réduction d’émissions polluantes : 17 % de réduction des émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2020 par rapport à 2005, puis de 30 % d'ici à 2025 et 42 % d'ici à 2030.

Ces objectifs dépendent des décisions du Congrès qui doit adopter une loi sur le climat. La chambre des Représentants a entériné ces chiffres en juin, de justesse toutefois, et le Sénat commence à peine ses travaux. Les réticences portent sur le fait que les textes pénalisent à la fois le charbon et le pétrole pour favoriser les énergies vertes.

L'Union européenne s'affirme comme modèle

L’Union européenne veut s’affirmer comme le chef de file de la lutte contre le réchauffement climatique. Fin octobre, elle s’est dite prête à aider les pays pauvres à réduire leur facture environnementale, sans pour autant quantifier son effort. L'UE a fixé à 100 milliards d'euros par an les besoins en financements internationaux pour aider les pays pauvres entre 2013 et 2020.

Les pays de l'Union européenne se sont engagés à réduire leurs émissions d'au moins 20 % d'ici 2020 par rapport à 1990, envisageant d’aller jusqu’à 30 % en cas d'accord à Copenhague.

La France poursuit sa diplomatie verte

Nicolas Sarkozy a fait de la réduction des émissions de gaz à effet de serre l’une de ses priorités diplomatiques, et ne cesse de répéter qu’il ne veut pas "d’accord au rabais" à Copenhague. Il exige que les négociateurs parviennent à la fin de la conférence à un accord politique fixant des engagements contraignants de réduction des gaz à effet de serre.

Poursuivant sa diplomatie verte, le président français s’est rendu le 26 novembre à Manaus, au cœur de la forêt amazonienne du Brésil, afin de convaincre les pays de la région de présenter une proposition commune ambitieuse à Copenhague. Une proposition qu’il souhaite favorable à un accord contraignant à Copenhague.

 

Première publication : 26/11/2009

  • SOMMET DE COPENHAGUE

    Lula et Sarkozy en mission de sensibilisation à Manaus et dans les Caraïbes

    En savoir plus

  • SOMMET DE COPENHAGUE

    Washington prêt à présenter des objectifs de réduction de ses émissions de gaz

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)