Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre les jihadistes

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : tableau noir pour l'exécutif ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

Planète

Avant Copenhague, les grandes puissances affichent leurs ambitions vertes

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/11/2009

Les grandes puissances multiplient annonces et initiatives pour que le succès soit au rendez-vous à Copenhague où s'ouvre dans moins de deux semaines la conférence de l'ONU sur le réchauffement climatique.

Les 191 pays invités, plus le Danemark, doivent se réunir du 7 au 18 décembre à Copenhague afin de trouver un accord mondial pour prévenir le réchauffement de la planète. Soixante-sept chefs d’Etat et de gouvernement ont déjà confirmé leur présence à la conférence de l’ONU. L’enjeu : trouver un accord mondial sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre - le protocole de Kyoto arrivant à échéance en 2012.

A quelques jours de la rencontre, les principaux acteurs - et en particulier la Chine et les Etats-Unis - ont annoncé des objectifs chiffrés. Tour d’horizon.

La Chine fait preuve de bonne volonté


La Chine, l’un des deux plus gros pollueurs de la planète, s'est toujours refusée à fixer des objectifs contraignants en matière de réduction d'émissions polluantes, afin de ne pas sacrifier sa croissance. A moins de deux semaines de la Conférence sur le climat, elle change son braquet. Le Premier ministre chinois, Wen Jiabao, a annoncé qu’il se rendra à la conférence de Copenhague, satisfaisant ainsi la communauté internationale qui ne peut escompter un succès sans la présence chinoise.

Premier émetteur de gaz à effet de serre, la Chine affiche pour la première fois un objectif chiffré de réduction de son "intensité carbonique" (émissions polluantes par unité de PIB) de 40 à 45 % d'ici 2020, en prenant pour référence 2005.


En parlant non pas de réduction globale, mais de baisse des émissions par point de pourcentage du PIB, la Chine souligne que sa priorité reste le maintien de la croissance économique.

Les Etats-Unis concilient exigences internationales et politique intérieure


Les Etats-Unis, l'autre deuxième plus gros pollueur de la planète, s’affirment comme un acteur incontournable pour l’obtention d’un succès à Copenhague.

En rupture par rapport à son prédécesseur George W. Bush, Barack Obama a conscience des enjeux et prend les négociations au sérieux. Pour preuve, il se rendra en personne à la Conférence sur le climat, où il devra tenter de concilier attentes internationales et exigences du Congrès américain.

Barack Obama a chiffré ses objectifs de réduction d’émissions polluantes : 17 % de réduction des émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2020 par rapport à 2005, puis de 30 % d'ici à 2025 et 42 % d'ici à 2030.

Ces objectifs dépendent des décisions du Congrès qui doit adopter une loi sur le climat. La chambre des Représentants a entériné ces chiffres en juin, de justesse toutefois, et le Sénat commence à peine ses travaux. Les réticences portent sur le fait que les textes pénalisent à la fois le charbon et le pétrole pour favoriser les énergies vertes.

L'Union européenne s'affirme comme modèle

L’Union européenne veut s’affirmer comme le chef de file de la lutte contre le réchauffement climatique. Fin octobre, elle s’est dite prête à aider les pays pauvres à réduire leur facture environnementale, sans pour autant quantifier son effort. L'UE a fixé à 100 milliards d'euros par an les besoins en financements internationaux pour aider les pays pauvres entre 2013 et 2020.

Les pays de l'Union européenne se sont engagés à réduire leurs émissions d'au moins 20 % d'ici 2020 par rapport à 1990, envisageant d’aller jusqu’à 30 % en cas d'accord à Copenhague.

La France poursuit sa diplomatie verte

Nicolas Sarkozy a fait de la réduction des émissions de gaz à effet de serre l’une de ses priorités diplomatiques, et ne cesse de répéter qu’il ne veut pas "d’accord au rabais" à Copenhague. Il exige que les négociateurs parviennent à la fin de la conférence à un accord politique fixant des engagements contraignants de réduction des gaz à effet de serre.

Poursuivant sa diplomatie verte, le président français s’est rendu le 26 novembre à Manaus, au cœur de la forêt amazonienne du Brésil, afin de convaincre les pays de la région de présenter une proposition commune ambitieuse à Copenhague. Une proposition qu’il souhaite favorable à un accord contraignant à Copenhague.

 

Première publication : 26/11/2009

  • SOMMET DE COPENHAGUE

    Lula et Sarkozy en mission de sensibilisation à Manaus et dans les Caraïbes

    En savoir plus

  • SOMMET DE COPENHAGUE

    Washington prêt à présenter des objectifs de réduction de ses émissions de gaz

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)