Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Le cessez-le-feu en Ukraine n’a encore rien d’effectif, selon l'Otan

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

FRANCE

La question gazière au cœur de la visite de Vladimir Poutine en France

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/11/2009

Au cours d'une visite officielle, le Premier ministre russe, Vladimir Poutine, a conclu une vingtaine d'accords avec la France. Un contrat entre l'opérateur électrique français EDF et le géant gazier russe Gazprom a notamment été signé.

En visite officielle en France pour deux jours, le Premier ministre russe Vladimir Poutine a paraphé une vingtaine d’accords de coopération entre de grandes entreprises russes et françaises, notamment dans le domaine énergétique. Dans cette perspective, une mission intergouvernementale à laquelle ont assisté de nombreux patrons des deux pays s'est déroulée à Rambouillet, en région parisienne.

Vladimir Poutine, qui connaît le dossier gazier sur le bout des doigts, a notamment convaincu EDF de participer, à hauteur de 10 % environ, au financement du projet de gazoduc South Stream, qui vise à faire transiter le gaz russe via le sud de l’Europe. L'opérateur électrique français pourra ainsi se passer de son concurrent GDF-Suez pour approvisionner ses centrales thermiques.

D’âpres négociations ont également été entamées entre le géant russe Gazprom et GDF-Suez avec, cette fois, en ligne de mire, l’entrée du français dans le capital de North Stream, un autre projet de gazoduc russe qui vise, lui, à relier la Russie à l'Europe de l'Ouest via la mer Baltique. Le contrat, qui prévoit une participation de GDF-Suez à hauteur de 9 %, devrait être finalisé avant la fin de l’année.

"On ne peut pas sous-estimer l’importance du pas que la France réalise aujourd’hui vers une plus grand sécurité énergétique", commente Alexei Piller, le président de Gazprom, dans une tribune publiée par le quotidien français Le Figaro consacrée au contrat entre Gazprom et EDF. En raison de factures impayées par Kiev, la Russie avait réduit ses livraisons de gaz à l'Ukraine en janvier dernier, coupant du même coup l'approvisionnement de plusieurs pays européens, alors traversés par une vague de froid. "L’épisode regrettable [de janvier dernier] a montré à quel point il est important de créer de nouveaux gazoducs vers l’Europe afin de réduire les risques liés au transit [du gaz]", poursuit-il.

D’autres pays européens - l’Allemagne et l’Italie notamment - ont déjà apporté leur soutien aux deux projets de gazoducs russes, dont les tracés évitent soigneusement l’Ukraine et ses vicissitudes politiques et financières.

Entre émancipation et dépendance

Si, officiellement, la France affirme toujours approuver le projet Nabucco soutenu par l'Union européenne (UE) - un gazoduc contournant le territoire russe jusqu'en Asie centrale, qui doit permettre aux Vingt-Sept de s'émanciper de la Russie pour leurs approvisionnements en gaz -, la signature de ces accords relativise l'enthousiasme de Paris pour ce nouveau tuyau.

En parvenant à attirer plusieurs pays européens dans les projets North Stream et South Stream, la Russie semble en effet parvenir à imposer sa nouvelle stratégie gazière à l'UE et à affaiblir le projet Nabucco.

Alors que Paris s’apprête par ailleurs à finaliser la vente de plusieurs navires de guerre à Moscou, d’autres accords économiques ont également été  entérinés ce vendredi à Rambouillet. Le constructeur automobile français Renault s'est engagé à  aider à la restructuration du Russe Avtovaz en lui apportant une aide en nature équivalente à 240 millions d’euros pour moderniser ses chaînes de montage.

 

Première publication : 27/11/2009

  • ARMEMENT

    La France s'apprête à vendre un navire de guerre à la Russie

    En savoir plus

  • SOMMET UE-RUSSIE

    Moscou retrouve les Vingt-Sept dans un climat orageux

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)