Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

États-Unis, Cuba: "Somos todos americanos"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

De plus en plus de réfugiés affluent au Niger

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Le dalaï-lama vante le "réalisme" du président chinois Xi Jinping

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Eau argentée" : la guerre en Syrie au cinéma

En savoir plus

FOCUS

Grands lacs : LRA, une guérilla affaiblie mais toujours menaçante

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sanctions occidentales : "La Russie sortira renforcée", assure Lavrov

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La Libye au cœur des discussions du Forum de Dakar

En savoir plus

SUR LE NET

Australie : la Toile solidaire de la commmunauté musulmane

En savoir plus

FRANCE

Un ancien ministre de Jacques Chirac mis en examen pour corruption

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/11/2009

Léon Bertrand a été mis en examen et placé en détention provisoire en Martinique. Cet ancien ministre du Tourisme de Jacques Chirac (2004-2007) est accusé de "délit de favoritisme et corruption passive" dans le cadre d'attribution de marchés publics.

AFP - Léon Bertrand, ex-ministre du tourisme de Jacques Chirac, a été mis en examen pour "délit de favoritisme et corruption passive" et placé en détention provisoire au centre pénitentiaire de Ducos (Martinique) dans la nuit de vendredi à samedi, a-t-on appris de sources judiciaires à Fort-de-France.

Arrivé vers 22 heures locales (3H00 heures samedi à Paris) au Palais de Justice de Fort-de-France en provenance de Cayenne (Guyane), Léon Bertrand a été présenté au juge d'instruction Thierry Rolland qui lui avait notifié un mandat d'amener dans le cadre d'une information judiciaire ouverte "contre X" pour prise illégale d'intérêt, favoritisme, corruption passive, faux et usage de faux".

L’information a été ouverte le 5 mai 2009 notamment sur des suspicions sur les conditions de passation de marchés publics à la Communauté de Communes de l’Ouest Guyanais (CCOG) que Léon Bertrand préside depuis avril 2001.

La mise en examen de Léon Bertrand porte sur des faits concernant la période 2003 à 2009 relatifs à des attributions de marché à la CCOG, à la Sénog (société d'économie mixte du Nord Ouest de la Guyane de construction de logements sociaux) et à la mairie de Saint Laurent dont il est le maire, apprend-on de mêmes sources.

Au cours de l'audience publique devant le juge des libertés Eric Mongin, les avocats de Léon Bertrand, les bâtonniers Henri Michaux de la Martinique et Patrick Lingibé de la Guyane, ont plaidé un report, regrettant le manque de temps pour analyser le dossier et pour s’entretenir avec leur client, a constaté l’AFP.

Me Michaux a notamment fait valoir que son client, après près de 40 heures de garde à vue, avait été transféré en pleine nuit vers la Martinique à 2.000 km de la Guyane pour être entendu par un juge. Ils ont obtenu du juge des libertés un débat de fond et la tenue d’une nouvelle audience fixée au mercredi 2 décembre 2009 à 11 heures locales.

Arrivé de Guyane dans le même avion que Léon Bertrand, Augustin To-Sah-Be-Nza, le directeur général de la CCOG a été mis en examen pour "délit de favoritisme et corruption passive" pour les mêmes faits et écroué également à la prison de Ducos.

Et comme pour Léon Bertrand, les avocats de M. To-Sah-Be-Nza ont obtenu du juge des libertés un report de l’audience à mercredi pour mieux assurer la défense de leurs clients.
 

Première publication : 28/11/2009

COMMENTAIRE(S)