Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Argentine : OGM et pesticide, un tandem toxique ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Maréma, nouvelle voix du Sénégal

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Meriam Rhaiem : "Il voulait faire de ma fille une future endoctrinée"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Ethiopie: le défi vert

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Pour Cécile Kyenge, la demande d'asile en Europe doit être simplifiée

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Handicap : l'Europe à la traîne ?

En savoir plus

LIGNE DIRECTE

Étudiants d'Abidjan, la colère gronde

En savoir plus

REPORTERS

Antiquités syriennes : sur les routes du trafic

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Viols présumés en Centrafrique : des zones d'ombre dans l'affaire

En savoir plus

EUROPE

Le référendum sur l'interdiction des minarets soulève la controverse

Vidéo par Nicolas GERMAIN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/11/2009

Les Suisses se sont prononcés sur une proposition de la droite populiste visant à interdire la construction de minarets dans le pays. Les partis de gauche et de centre-droit craignent que le vote ne nuise à l'image de la Confédération.

AFP - Les Suisses se prononcent dimanche par référendum sur la proposition de la droite populiste helvétique d'interdire la construction de minarets.

Pour le gouvernement helvétique, les milieux d'affaires et toute la classe politique de la gauche au centre-droit, une interdiction des minarets "susciterait l'incompréhension à l'étranger et nuirait à l'image de la Suisse".

Après les affiches appelant à bouter les "moutons noirs" étrangers hors de Suisse, la propagande de la droite populiste a encore fait scandale : ses affiches représentent une femme complètement voilée devant le drapeau suisse couvert de minarets, dont la silhouette stylisée évoque des missiles.

Cette image "attise la haine", a dénoncé la Commission fédérale contre le racisme (CFR), un organisme public consultatif, tandis que le Comité des droits de l'homme de l'ONU s'est inquiété de cette campagne d'"affiches sinistres".

Les Eglises catholique et protestantes, tout comme les représentants de la communauté juive et musulmane, ont unanimement condamné le projet. "La peur est mauvaise conseillère", ont mis en garde les évêques catholiques.

Face à ce tir de barrage, les partisans de l'interdiction n'en démordent pas et répètent qu'il ne s'agit pas de priver les musulmans de lieux de culte, mais de refuser un "symbole apparent d'une revendication politico-religieuse du pouvoir, qui remet en cause les droits fondamentaux".

La Suisse compte, selon les dernières statistiques gouvernementales, quelque 400.000 musulmans, dont 50.000 pratiquants, sur une population de 7,5 millions d'habitants, faisant de l'islam la deuxième religion du pays après le christianisme. Jusqu'ici quatre minarets ont été construits à côté de mosquées en Suisse.

Les sondages prédisent un rejet par environ 53% des Suisses de la proposition d'interdiction, même si le camp des anti-minarets tendait à se renforcer légèrement en fin de campagne, selon de récentes enquêtes d'opinion.
 

Première publication : 29/11/2009

COMMENTAIRE(S)