Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigeria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Chine : la croissance ralentit à 7,4% au premier trimestre

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dans l'ombre de Bouteflika"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Booty Looting", un pillage chorégraphié de Wim Vandekeybus

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Bras de fer entre Washington et Téhéran autour d’un ambassadeur

En savoir plus

SUR LE NET

San Francisco : une nouvelle agression liée aux Google Glass

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Cuisine durable

En savoir plus

  • En images : des centaines de disparus après le naufrage d’un ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine : "L'Ukraine est au bord de la guerre civile"

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • Coupe d'Espagne : une finale Barcelone-Madrid sans Ronaldo

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

  • Réforme des régions : la Bourgogne et la Franche-Comté sur la voie de la fusion

    En savoir plus

  • Reportage : à Horlivka, les insurgés s'emparent des bâtiments officiels

    En savoir plus

  • Un an après les attentats, Boston rend hommage à ses victimes

    En savoir plus

  • L'incendie de Valparaiso pourrait encore durer plusieurs jours

    En savoir plus

  • Hillsborough : 25 ans après, Liverpool demande toujours justice pour les victimes

    En savoir plus

Economie

"Cette crise est plutôt une chance pour la finance islamique"

©

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 30/11/2009

Interrogé par France24.com, Zouber Terdeyet, président de l'agence de conseils en finance islamique Isla Invest, explique quelles pourraient être les conséquences des problèmes financiers de Dubaï World.

Est-ce qu’il vous semble opportun, comme certains médias commencent à le faire, de comparer la situation de Dubaï World avec la faillite de Lehmann Brothers en janvier 2008 ?

Zouber Terdeyet : Personne ne s’attendait vraiment à l’ampleur des problèmes de Dubaï World au même titre que la faillite de Lehmann Brothers a pris tout le monde par surprise. Autre similitude : les mensonges des institutions concernées. Le manque d'honnêteté des responsables dans la débâcle de Dubaï World ne va pas aider à redonner confiance dans les mécanismes du système financier. Ceci étant, de par son poids dans l’économie mondiale, la faillite de Lehmann Brothers a eu un retentissement que jamais une éventuelle faillite de Dubaï World pourrait avoir. Au pire, il pourrait s’agir du Lehmann Brothers de la finance islamique.

Qui va le plus pâtir des problèmes financiers de Dubaï World ?

Z.T. : Ceux qui sont le plus affectés par les dettes abyssales de Dubaï World sont les investisseurs russes et ceux d’Europe de l’Est qui voyaient en Dubaï un eldorado qui n’était pas très regardant sur l’origine des fonds. Cela fait plusieurs années que les investisseurs des pays du Golfe se sont peu à peu retirés de Dubaï car ils se disaient que la bulle ne pouvait pas durer éternellement. Donc, et c’est en ça que cette crise est plutôt une chance pour la finance islamique, elle n’affectera pas les petits épargnants comme cela a été le cas de la faillite de Lehmann Brothers. Et je ne vais sûrement pas plaindre le cheikh de Dubaï, Mohammad ben Rached al-Maktoum, ou des investisseurs chevronnés qui ont oublié d’être prudents.

Que révèle cette affaire sur l’état de la finance islamique aujourd’hui ?

Z.T. : Tout simplement qu’elle est soumise au même travers que la finance traditionnelle, c'est-à-dire la recherche du profit à tout prix. C’est en tout cas une bonne leçon pour la finance islamique car elle pousse ses responsables à se demander si c’est son rôle de financer des rêves exubérants dans une économie en crise. Certes, une banque islamique ne doit pas verser dans la charité mais elle doit s’interroger sur les retombées humaines, écologiques et sociales des projets qu’elle finance.

Est-ce que la finance islamique va ressortir fragilisée de cette crise à Dubaï ?

Z.T. : Il faut se souvenir que la finance islamique est bien plus jeune que son homologue traditionnel, donc bien plus facile à réformer. Mais sa jeunesse fait aussi qu’elle est plus fragile et il faut tirer les conséquences des difficultés de Dubaï World au plus vite.

 

 

Première publication : 30/11/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)