Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"En Pologne, le droit à l'avortement dans le collimateur du gouvernement"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Renégociation de l'Alena : aux États-Unis, le secteur automobile s'inquiète

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Monsieur le président, traitez les migrants humainement !"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tribune sur la "liberté d'importuner" : Catherine Deneuve précise sa pensée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Viols présumés en Centrafrique : non-lieu pour les soldats français soupçonnés

En savoir plus

LE DÉBAT

Révolutions arabes : que reste-t-il du vent de liberté ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Révolutions arabes : que reste-t-il du vent de liberté ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Mexique : le trafic de médicaments, un nouveau fléau florissant

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sandra Nkaké, une artiste inclassable de retour avec un nouvel album

En savoir plus

Economie

eBay condamné à verser 1,7 million d'euros à LVMH

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/11/2009

Le site de ventes aux enchères en ligne a été condamné par le tribunal de commerce de Paris à verser 1,7 million d'euros au groupe de luxe LVMH pour avoir continué à vendre ses parfums sur le Web malgré une interdiction qui remonte à juin 2008.

AFP - Le site de ventes aux enchères sur internet eBay a été condamné lundi par le tribunal de commerce de Paris à verser 1,7 million d'euros au groupe de luxe LVMH pour avoir vendu ses parfums sur internet, ont annoncé les deux parties.

Le site avait été condamné en juin 2008 pour "pratiques illicites" à la suite de la vente sur eBay de parfums Kenzo, Givenchy, Christian Dior et Guerlain, des marques du groupe LVMH, et s'était vu interdire de telles pratiques.

Lundi, le tribunal de commerce l'a condamné à une amende de deux fois 850.000 euros, estimant qu'eBay n'avait pas respecté l'injonction lui interdisant de vendre ces produits, a expliqué à l'AFP Pierre Godé, administrateur du groupe LVMH.

"Nous sommes évidemment satisfaits de cette décision qui consacre à nouveau le principe de la distribution sélective", a-t-il ajouté. Ce principe permet aux fabricants de choisir leur réseau de distribution.

De son côté, le directeur général d'eBay France, Alexander von Schirmeister, a estimé dans un communiqué que cette décision "pénalise les consommateurs en les empêchant de vendre ou d'acheter en ligne des biens authentiques".

Le site d'enchères avait également été condamné en septembre par le tribunal de grande instance de Paris pour avoir utilisé sans autorisation le nom de plusieurs parfums de marques du leader mondial du luxe. Il a fait appel de ce jugement.

Première publication : 30/11/2009

COMMENTAIRE(S)