Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Un projet d'attentat jihadiste déjoué contre la Commission européenne à Bruxelles

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski se dit disposé à gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

FRANCE

La France pourrait envoyer des soldats supplémentaires

Vidéo par Hélène DROUET

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 02/12/2009

Selon "Le Figaro", la France n'exclut plus de renforcer sa présence en Afghanistan. De son côté, Barack Obama pourrait annoncer, ce mardi, l'envoi de 30 000 soldats supplémentaires dans le pays.

Alors que le président américain, Barack Obama, n'a toujours pas dévoilé les grandes lignes de sa nouvelle stratégie pour l’Afghanistan, son administration presse déjà ses alliés - dont la France - d’y renforcer leur présence.

Lundi, le quotidien "Le Monde" révélait que Washington avait demandé à Paris 1 500 hommes supplémentaires aux 3 750 soldats français déjà présents en Afghanistan. Des membres du ministère des Affaires étrangères ont par ailleurs confirmé que la secrétaire d’État américaine, Hillary Clinton, s’était entretenue en fin de semaine dernière avec son homologue français Bernard Kouchner.

De son côté, le ministre français de la Défense, Hervé Morin, a refusé de commenter les chiffres rapportés dans la presse, tout en confirmant que "les Américains réclamaient davantage de troupes aux Européens" pour l'Afghanistan. Selon lui, la France n’est pas disposée à envoyer des troupes supplémentaires dans la zone du conflit, mais continuera de se concentrer sur la formation des forces afghanes, afin que ces dernières puissent jouer un plus grand rôle dans la lutte contres les insurgés.

"S'il fallait qu'il y ait un effort supplémentaire, le seul effort qui aurait un sens serait celui porté sur la formation de l'armée et de la police afghanes", a déclaré Hervé Morin, à l’AFP. "Il ne peut y avoir qu’une réponse militaire", a-t-il poursuivi, ajoutant que les alliés devaient aussi se concentrer sur "la construction des institutions afghanes et améliorer la gouvernance".

Sarkozy, prêt à revenir sur ses déclarations ?

Alors que de nombreux rapports font état de la pression américaine exercée sur la France pour qu’elle augmente ses effectifs en Afghanistan, "Le Figaro" afirme que le président Nicolas Sarkozy pourrait revenir sur sa décision de n'envoyer aucun homme supplémentaire sur le front afghan. Dans une interview accordée au quotidien, le 15 octobre, le chef de l’Etat avait en effet déclaré que Paris n’enverrait "pas un soldat de plus" combattre dans le pays.

"L’annonce du président Obama ne saurait entraîner, de façon mécanique, l’envoi de troupes supplémentaires, peut-on lire, ce mardi, dans les colonnes du Figaro. La décision américaine doit être suivie d’engagements beaucoup plus précis du président afghan, en terme d’amélioration du recrutement de l’armée, de formation de la gendarmerie et de lutte contre la corruption."

Engagement américain doublé

Lundi, le Premier ministre britannique, Gordon Brown, a annoncé que le Royaume-Uni augmenterait son contingent de 500 hommes, portant le nombre des soldats de Sa Majesté à 9 500 en Afghanistan d’ici la fin de l’année.

Mardi en fin de journée, Barack Obama devrait annoncer depuis la très prestigieuse académie militaire de West Point, dans l’État de New York, un renfort de 30 000 hommes supplémentaires qui viendraient s’ajouter, dans les mois à venir, aux 21 000 autres soldats déployés en mars. Ce qui signifie que le président américain aura doublé ses forces engagées dans le conflit afghan depuis son arrivée à la Maison Blanche, en janvier.

Selon des experts militaires, 30 000 soldats américains supplémentaires en Afghanistan représenteraient un coût compris entre 20 et 40 milliards de dollars.

En amont de la déclaration de Barack Obama, la Maison Blanche a fait savoir que le président américain avait d'ores et déjà informé son état-major de sa stratégie pour que celle-ci soit mise en application.

"Le commandant en chef [le président américain, ndlr] a donné des ordres", a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche, Robert Gibbs, ajoutant que Barack Obama abordera également un calendrier de réduction des troupes dans une guerre qui entre dans sa neuvième année. "Notre temps là-bas sera limité, a-t-il précisé. Nous ne serons plus là-bas dans huit ou neuf ans."

 

Première publication : 01/12/2009

  • ÉTATS-UNIS

    Barack Obama dévoile sa nouvelle stratégie pour l'Afghanistan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)