Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigéria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Booty Looting", un pillage chorégraphié de Wim Vandekeybus

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Bras de fer entre Washington et Téhéran autour d’un ambassadeur

En savoir plus

SUR LE NET

San Francisco : une nouvelle agression liée aux Google Glass

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Cuisine durable

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Déficit public : la France tiendra-t-elle ses engagements?

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Valls : opération séduction

En savoir plus

  • Naufrage d’un ferry en Corée du Sud : deux morts et plusieurs centaines de disparus

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine : "L'Ukraine est au bord de la guerre civile"

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

  • Réforme des régions : la Bourgogne et la Franche-Comté sur la voie de la fusion

    En savoir plus

  • Reportage : à Horlivka, les insurgés s'emparent des bâtiments officiels

    En savoir plus

  • Un an après les attentats, Boston rend hommage à ses victimes

    En savoir plus

  • L'incendie de Valparaiso pourrait encore durer plusieurs jours

    En savoir plus

  • Hillsborough : 25 ans après, Liverpool demande toujours justice pour les victimes

    En savoir plus

  • Amnesty International accuse l'Algérie de violer les droits de l'Homme

    En savoir plus

  • Obama à Poutine : les insurgés de l’est de l’Ukraine doivent poser les armes

    En savoir plus

EUROPE

Le traité de Lisbonne entre en vigueur, Herman van Rompuy prend ses fonctions

©

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/12/2009

Hérité du projet mort-né de Constitution européenne, le traité de Lisbonne entre en vigueur aujourd'hui. La principale innovation du texte : la création d'un poste de président permanent du Conseil européen, confié au Belge Herman van Rompuy.

AFP - Le traité de Lisbonne est entré en vigueur mardi avec comme première conséquence la prise de fonction du premier président de l'Union européenne, le Belge Herman van Rompuy, et d'une "ministre" de Affaires étrangères, la Britannique Catherine Ashton.

Ce texte, censé améliorer la fonctionnement de l'UE et sa visibilité dans le monde, va lui donner "les outils nécessaires pour relever les défis futurs et répondre aux demandes des citoyens", a affirmé le président de la Commission européen José Manuel Barroso dans un communiqué.

Principale innovation: la création d'un poste de président permanent du Conseil européen (l'organe où se réunissent des chefs d'Etats et de gouvernement), confié au Belge Herman Van Rompuy pour au moins deux ans et demi.

Jusqu'ici, la présidence de l'UE à ce niveau passait d'un pays à l'autre tous les six mois.

La Britannique Catherine Ashton est devenue quant à elle Haute représentante pour les Affaires étrangères.

Elle remplace l'Espagnol Javier Solana, qui est resté 10 ans en fonction à la tête de la diplomatie européenne, mais elle disposera par rapport à lui de prérogatives renforcées et d'un service diplomatique propre, fort de plusieurs milliers de fonctionnaires.

Ces deux personnalités vont devoir encore convaincre. Peu connu, M. Van Rompuy a déçu les partisans d'une personnalité apte à parler d'égal à égal avec les Etats-Unis et la Chine. La baronne Ashton reste critiquée en raison de son inexpérience et de l'hostilité traditionnelle de Londres à toute diplomatie supranationale.

Une brève cérémonie, organisé par le gouvernement portugais, la présidence suédoise de l'UE et la Commission européenne, devait se dérouler mardi soir dans la capitale portugaise pour célébrer l'entrée en vigueur du traité de Lisbonne.

Hérité du projet mort-né de Constitution européenne, le traité constitue la dernière tentative avant très longtemps pour réformer le fonctionnement de l'UE, après dix années de laborieux efforts en ce sens.

Le texte doit permettre de faciliter les prises de décisions d'une Union élargie à 27 pays, et peut-être bientôt à plus de trente avec les Balkans et l'Islande, en limitant les droits de veto. Il renforce aussi les droits du Parlement européen et des Parlements nationaux (davantage consultés) et scelle dans le marbre la Charte des droits fondamentaux européens.

"L'UE sera mieux équipée pour répondre aux attentes dans les domaines de l'énergie, le changement climatique, la criminalité transfrontalière et l'immigration. Elle sera également capable de parler d'une voix forte sur la scène internationale", a assuré M. Barroso.

Parmi les autres nouveautés introduites par le traité figure le droit d'initiative populaire des citoyens européens.

La Commission va garder le monopole de proposer des lois européennes mais les citoyens pourront dorénavant l’inviter à agir s'ils estiment qu'elle ne le fait pas suffisamment ou mal. Le traité de Lisbonne indique que cette initiative doit émaner d’au moins un million de citoyens "qui sont ressortissants d’un nombre significatif d’Etats membres" dont le seuil doit encore être précisé.

Le traité permet aussi à un pays qui le souhaite de quitter l'Union.

Première publication : 01/12/2009

  • UNION EUROPÉENNE

    Van Rompuy et Ashton désignés aux postes de président et de chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    Herman van Rompuy, un président symbole de compromis

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)