Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

SUR LE NET

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Ajax Amsterdam - PSG en direct

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

EUROPE

Le traité de Lisbonne entre en vigueur, Herman van Rompuy prend ses fonctions

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/12/2009

Hérité du projet mort-né de Constitution européenne, le traité de Lisbonne entre en vigueur aujourd'hui. La principale innovation du texte : la création d'un poste de président permanent du Conseil européen, confié au Belge Herman van Rompuy.

AFP - Le traité de Lisbonne est entré en vigueur mardi avec comme première conséquence la prise de fonction du premier président de l'Union européenne, le Belge Herman van Rompuy, et d'une "ministre" de Affaires étrangères, la Britannique Catherine Ashton.

Ce texte, censé améliorer la fonctionnement de l'UE et sa visibilité dans le monde, va lui donner "les outils nécessaires pour relever les défis futurs et répondre aux demandes des citoyens", a affirmé le président de la Commission européen José Manuel Barroso dans un communiqué.

Principale innovation: la création d'un poste de président permanent du Conseil européen (l'organe où se réunissent des chefs d'Etats et de gouvernement), confié au Belge Herman Van Rompuy pour au moins deux ans et demi.

Jusqu'ici, la présidence de l'UE à ce niveau passait d'un pays à l'autre tous les six mois.

La Britannique Catherine Ashton est devenue quant à elle Haute représentante pour les Affaires étrangères.

Elle remplace l'Espagnol Javier Solana, qui est resté 10 ans en fonction à la tête de la diplomatie européenne, mais elle disposera par rapport à lui de prérogatives renforcées et d'un service diplomatique propre, fort de plusieurs milliers de fonctionnaires.

Ces deux personnalités vont devoir encore convaincre. Peu connu, M. Van Rompuy a déçu les partisans d'une personnalité apte à parler d'égal à égal avec les Etats-Unis et la Chine. La baronne Ashton reste critiquée en raison de son inexpérience et de l'hostilité traditionnelle de Londres à toute diplomatie supranationale.

Une brève cérémonie, organisé par le gouvernement portugais, la présidence suédoise de l'UE et la Commission européenne, devait se dérouler mardi soir dans la capitale portugaise pour célébrer l'entrée en vigueur du traité de Lisbonne.

Hérité du projet mort-né de Constitution européenne, le traité constitue la dernière tentative avant très longtemps pour réformer le fonctionnement de l'UE, après dix années de laborieux efforts en ce sens.

Le texte doit permettre de faciliter les prises de décisions d'une Union élargie à 27 pays, et peut-être bientôt à plus de trente avec les Balkans et l'Islande, en limitant les droits de veto. Il renforce aussi les droits du Parlement européen et des Parlements nationaux (davantage consultés) et scelle dans le marbre la Charte des droits fondamentaux européens.

"L'UE sera mieux équipée pour répondre aux attentes dans les domaines de l'énergie, le changement climatique, la criminalité transfrontalière et l'immigration. Elle sera également capable de parler d'une voix forte sur la scène internationale", a assuré M. Barroso.

Parmi les autres nouveautés introduites par le traité figure le droit d'initiative populaire des citoyens européens.

La Commission va garder le monopole de proposer des lois européennes mais les citoyens pourront dorénavant l’inviter à agir s'ils estiment qu'elle ne le fait pas suffisamment ou mal. Le traité de Lisbonne indique que cette initiative doit émaner d’au moins un million de citoyens "qui sont ressortissants d’un nombre significatif d’Etats membres" dont le seuil doit encore être précisé.

Le traité permet aussi à un pays qui le souhaite de quitter l'Union.

Première publication : 01/12/2009

  • UNION EUROPÉENNE

    Van Rompuy et Ashton désignés aux postes de président et de chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    Herman van Rompuy, un président symbole de compromis

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)