Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Amériques

Trois détenus de Guantanamo transférés vers la France et l'Italie

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/12/2009

Saber Lahmar, un détenu algérien de Guantanamo blanchi de tout soupçons, a été transféré en France, lundi. Deux autres prisonniers du camp, qui sont eux de nationalité tunisienne, ont été envoyés en Italie, où ils seront jugés.

AFP - Un détenu de Guantanamo algérien âgé de 39 ans, Saber Lahmar, blanchi de tout soupçon de terrorisme depuis plus d'un an, a été transféré sur le sol français lundi soir, a-t-on appris auprès de son avocat à Washington.

Saber Lahmar est le dernier de cinq Algériens arrêtés en Bosnie fin 2001 dont un juge fédéral américain a ordonné la libération le 20 novembre 2008, à être effectivement libéré.

Parmi les premiers à être incarcérés dans le centre de détention américain de Guantanamo, à Cuba, il y a passé huit ans.

Un autre, Lakhdar Boumediene avait été libéré en France également le 15 mai 2009.

"M. Lahmar a subi des années d'emprisonnement inhumain, à l'isolement, il était encore séparé de tout contact humain un mois après que le juge Richard Leon eut estimé que sa détention était illégale", a regretté son avocat Robert Kirsh.

Il a affirmé à l'AFP que son client "sait où il va vivre et s'est déjà renseigné sur le type de travail qu'il pourrait faire".
 

Première publication : 01/12/2009

COMMENTAIRE(S)