Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

France - migrants illégaux : l'impasse calaisienne

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak : à quel prix ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Entretien exclusif avec José Manuel Barroso, président de la Commission européenne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Magic in the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Total, premier groupe pétrolier en Afrique, a perdu son PDG Christophe de Margerie

En savoir plus

FACE À FACE

Martine Aubry, la gauche et ses frondeurs

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

Amériques

Trois détenus de Guantanamo transférés vers la France et l'Italie

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/12/2009

Saber Lahmar, un détenu algérien de Guantanamo blanchi de tout soupçons, a été transféré en France, lundi. Deux autres prisonniers du camp, qui sont eux de nationalité tunisienne, ont été envoyés en Italie, où ils seront jugés.

AFP - Un détenu de Guantanamo algérien âgé de 39 ans, Saber Lahmar, blanchi de tout soupçon de terrorisme depuis plus d'un an, a été transféré sur le sol français lundi soir, a-t-on appris auprès de son avocat à Washington.

Saber Lahmar est le dernier de cinq Algériens arrêtés en Bosnie fin 2001 dont un juge fédéral américain a ordonné la libération le 20 novembre 2008, à être effectivement libéré.

Parmi les premiers à être incarcérés dans le centre de détention américain de Guantanamo, à Cuba, il y a passé huit ans.

Un autre, Lakhdar Boumediene avait été libéré en France également le 15 mai 2009.

"M. Lahmar a subi des années d'emprisonnement inhumain, à l'isolement, il était encore séparé de tout contact humain un mois après que le juge Richard Leon eut estimé que sa détention était illégale", a regretté son avocat Robert Kirsh.

Il a affirmé à l'AFP que son client "sait où il va vivre et s'est déjà renseigné sur le type de travail qu'il pourrait faire".
 

Première publication : 01/12/2009

COMMENTAIRE(S)