Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Alep, symbole de la faiblesse américaine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Fance : le chômage repart à la hausse

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Clinton 1 - Trump 0"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Gabon, retour au calme, mais climat politique tendu à la veille de l'investiture d'Ali Bongo

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le drôle de selfie d'Hillary Clinton

En savoir plus

LE DÉBAT

Crise migratoire en France : Hollande à Calais pour la première fois de son mandat

En savoir plus

LE DÉBAT

Clinton – Trump : un duel décisif ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Mondial de l'auto : un salon en perte de vitesse ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Clinton - Trump : un premier face-à-face décisif

En savoir plus

EUROPE

Des islamistes du Caucase revendiquent l'attentat contre le Nevski Express

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/12/2009

L'attentat perpétré contre le train reliant Moscou à Saint Petersbourg, le 27 novembre, dans lequel 27 personnes ont été tuées, a été revendiqué par le groupe islamiste caucasien du chef rebelle tchétchène Dokou Oumarov.

AFP - Le groupe islamiste caucasien du chef rebelle tchétchène Dokou Oumarov a revendiqué l'attentat de vendredi contre le train russe Nevski Express, qui a fait 27 morts, a indiqué mercredi un site internet proche de ce mouvement, Kavkazcenter.

"Nous déclarons que cette opération a été préparée et conduite dans le cadre d'une série d'opérations de sabotage planifiée en début d'année contre des lieux stratégiques en Russie, sur ordre de l'Emir de l'Emirat du Caucase, Dokou Oumarov", indique la lettre de revendication que Kavkazcenter dit avoir reçu.

"Le 27 novembre, le groupe spécial de sabotage a fait exploser le train Nevski Express, reliant Saint-Pétersbourg à Moscou, et qui est utilisé par des hauts fonctionnaires de Russie", explique encore la revendication.

Le Nevski Express est un train haut de gamme. Deux responsables russes sont morts dans l'attentat, le directeur du fonds de réserves d'urgence Rosreserv, Boris Evstratikov, et l'ancien sénateur Sergueï Tarassov.

La lettre de revendication promet par ailleurs de poursuivre ce type d'attaques tant que la Russie "ne cesse pas sa politique d'assassinat de simples musulmans".

La missive est signée de "l'état-major des forces armées de l'Emirat Caucase" dirigé par Dokou Oumarov, un ex-président indépendantiste tchétchène qui s'est proclamé Emir et chef de tous les mouvements rebelles actifs dans le Caucase russe.

Le quotidien russe Kommersant et l'agence Interfax ont par ailleurs rapporté lundi, citant des sources policières, que les enquêteurs recherchaient "quatre Caucasiens" qui ont séjourné dans un village près du lieu de l'explosion.

Plusieurs républiques du Caucase du Nord sont en proie à une rébellion qui trouve ses origines dans les deux guerres qui ont déchiré la Tchétchénie dans les années 1990 et au début des années 2000.

Au cours des 15 dernières années, la Russie a été frappée par plusieurs attentats et prises d'otages sanglants revendiqués par des groupes caucasiens, mais depuis cinq ans aucune attaque d'envergure n'a eu lieu hors de cette instable région du sud du pays.

L'attentat contre le Nevski Express vendredi soir a été suivi le lendemain par une autre explosion qui a blessé le chef du comité d'enquête du parquet fédéral, Alexandre Bastrykine.

Première publication : 02/12/2009

  • RUSSIE

    Le train Moscou-Saint-Pétersbourg a été la cible d'un attentat

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)