Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Daily Mail traite le Brexit par-dessus la jambe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Richard Ferrand : "Les amours tardifs sont rarement désintéressés"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Louis Aliot : "Macron enfile des perles depuis le début de la campagne"

En savoir plus

FOCUS

Trois ans après l'annexion, un pont entre la Russie et la Crimée cher à Vladimir Poutine

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Fellag : 60 ans d’histoire de l’Algérie revisités avec humour et tendresse

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Brexit, début de l'implosion du Royaume-Uni ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le Qatar va investir 5 milliards de livres au Royaume-Uni

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le mystère Fillon"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Maroc : après 5 mois de blocage, un gouvernement voit le jour

En savoir plus

Amériques

Le Sénat de New York s'oppose au mariage gay

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/12/2009

La chambre haute de l'État de New York a rejeté, par 38 voix contre 24, un projet de loi visant à autoriser le mariage entre personnes du même sexe. Quarante autres États se sont dotés de législations spécifiques pour interdire les unions gays.

REUTERS -  La chambre haute de l'Etat de New York a rejeté mercredi un projet de loi visant à autoriser le mariage entre personnes du même sexe.

Les sénateurs se sont prononcés par 38 voix contre 24. Le gouverneur David Paterson, membre du camp démocrate, avait annoncé son intention de promulguer le texte en cas d'adoption.

New York aurait été le sixième Etat américain à autoriser le mariage homosexuel après l'Iowa, le Connecticut, le Massachusetts, le New Hampshire et le Vermont. Quarante autres Etats se sont dotés de législations spécifiques pour l'interdire.

Le projet de loi a été adopté trois fois sans difficulté à la chambre basse de l'Etat de New York, où les démocrates sont majoritaires, mais il n'avait encore jamais été soumis au Sénat.

Première publication : 02/12/2009

COMMENTAIRE(S)