Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Teddy Riner : "Je suis allé chercher ma deuxième médaille d’or avec les tripes"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Rio c'est parti, Lille c'est fini !

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mort d'Adama Traore : la troisième autopsie n'aura pas lieu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkini : le Conseil d'état tranche, le débat politique continue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

L'offensive turque en Syrie - Arrêté anti-burkini suspendu

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Les secrets de l'Hôtel des Invalides

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Fiscalité, épargne, travail : les promesses économiques du candidat Sarkozy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le patriotisme économique prôné par Montebourg peut-il fonctionner ?

En savoir plus

FOCUS

Présidentielle au Gabon : bataille électorale à Port-Gentil

En savoir plus

FRANCE

Nicolas Sarkozy s'empare de l'interdiction des minarets en Suisse

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/12/2009

Selon des députés de la majorité, le président français voit dans le résultat de la "votation" suisse sur les minarets une volonté des populations de "garder leur identité".

AFP - Le président Nicolas Sarkozy a évoqué mardi lors d'une réunion avec des députés UMP l'interdiction des minarets en Suisse, voyant dans le résultat du référendum helvétique la crainte, plus générale, des populations de voir leur pays "dénaturé", selon plusieurs participants.

"Il nous a dit que c'était l'illustration que les gens, en Suisse comme en France, ne veulent pas que leur pays change, qu'il soit dénaturé. Ils veulent garder leur identité. Selon l'analyse du président, les Français ne veulent pas voir des femmes en burqa dans la rue mais cela ne veut pas dire qu'ils sont hostiles à la pratique de l'islam", a raconté à l'AFP un des députés, des propos confirmés ensuite par plusieurs autres.

Le chef de l'Etat a reçu en fin de journée une trentaine de membres du Club de la Boussole, qui se veut, selon son président François Cornut-Gentille, "le centre de gravité de la majorité" regroupant des députés UMP de tous horizons (gaullistes-sociaux, libéraux, chiraquo-villepinistes...).

Nicolas Sarkozy a, selon les participants, également salué le travail de son Premier ministre François Fillon, estimant notamment qu'il a "bien bossé" sur le Congrès des maires.

Le président, qui a eu "des mots très aimables" sur Bruno Le Maire (Agriculture), a aussi relevé que certains de ses ministres n'avaient pas été placés au départ "au bon endroit". "Michèle Alliot-Marie est meilleure à la Justice qu'à l'Intérieur, j'aurais dû le voir avant", a déclaré le président, selon ces témoins.

S'agissant de Rama Yade (Sports), finalement investie dans les Hauts-de-Seine pour les régionales, il a jugé que "les choses se terminent bien après des péripéties". Il s'est dit "très confiant" sur les régionales, réaffirmant qu'à l'avenir, le mode de scrutin à un tour pour les futurs conseillers territoriaux était "souhaitable" et le "mieux adapté" à l'UMP.
 

Première publication : 02/12/2009

  • SUISSE

    Oskar Freysinger, figure de proue des anti-minarets, a le triomphe modeste

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)