Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Groupe Renault : des résultats record, mais une rémunération en baisse pour son PDG

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nouvel an chinois : une émission de CCTV fait scandale avec un sketch raciste

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Le bitcoin, la monnaie 2.0

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Discours de Ramaphosa: le président sud-africain promet un "fantastique départ"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Abus Sexuels : des ONG dans la tempête

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

L'après Zuma : Cyril Ramaphosa présente son plan d'action pour le pays

En savoir plus

TECH 24

Corée du Sud : l'innovation en forme olympique

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Infrastructures : les grands travaux de Donald Trump

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Chômage en baisse : la France est-elle sortie de la crise ?

En savoir plus

REPORTERS

Un reportage long format tourné par nos reporters ou nos correspondants aux quatre coins du monde. Le samedi à 21h10. Et dès le vendredi, en avant-première sur internet!

Dernière modification : 04/12/2009

Le lac Tchad, en voie de disparition ?

Depuis 40 ans, le lac Tchad a rétréci comme peau de chagrin. D'une surface avoisinant les 25 000 km2 dans les années 60, il est passé à près de 3000 km2. Doit-on y voir l'effet du changement climatique ?

Vu d’en haut.

 
Les images satellites de la Nasa ne laissent pas de place au doute : entre 1973 et 1987, le lac Tchad s’est réduit comme peau de chagrin. D’une surface avoisinant les 25 000 km2 dans les années soixante, il n’en atteint aujourd’hui que près de 3000.
Entre ces deux images, que s’est-il passé ?
La communauté internationale, sur le point de se réunir à Copenhague, s’alarme. Beaucoup voient dans le phénomène le résultat du changement climatique.
Et, c’est un fait, les deux grandes vagues de sécheresse au des années 70 et 80, ont sans doute eu un fort impact sur le niveau de ce lac, à la frontière entre le Tchad, le Cameroun, le Nigéria et le Niger.
Mais peut-on pour autant prédire sa disparition ?
Il semblerait qu’en ce qui concerne le lac Tchad, faire un diagnostic est difficile, donner un pronostic plus difficile encore.
Car, vu d’en haut toujours, une autre image satellite de la Nasa, réalisée en 2007, donne à voir une stabilité du lac depuis 1987.
Faut-il y voir une accalmie ?
Ce n’est pas certain non plus. Car le niveau du lac dépend essentiellement de l’apport de deux fleuves, le Chari et le Logone, dont le niveau est fonction lui-même de la pluviométrie imprévisible de la zone sahélo-soudanienne….
Bref, rien de simple.
Et le problème se complique encore plus si l’on tente de faire la part des choses entre ce qui pourrait relever du réchauffement climatique, et ce qui est la conséquence de l’activité humaine.
Quel est exactement l’impact de la pression démographique, du développement de l’agriculture irriguée, de la surexploitation des ressources ?
Aucune étude scientifique n’a pour l’instant établi de conclusions précises sur tous ces aspects.
 
Vu d’en bas.
 
Les riverains, les pêcheurs, et les agriculteurs que nous rencontrons sur la partie tchadienne du lac, à Guitté, à Kinaserom, à Fitine ou encore à Bol, n’évoquent jamais le réchauffement climatique. Ce qui ne veut pas dire qu’ils ne le subissent pas.
Moins d’eau, moins de poissons, moins de ressources. Plus de réglementation, plus de tracas. Leur quotidien est devenu plus difficile. Mais ce qu’ils demandent, c’est une approche qui ne les oublie pas.
A l’heure actuelle, un projet envisage le détournement des eaux de l’Oubangui, au sud du lac, vers les fleuves Logone et Chari. Cet apport d’eau augmenterait leur débit, et contribuerait à accroître le niveau du lac Tchad.
Mais quelles seraient les conséquences d’une telle réalisation pour les populations qui vivent sur les rives, et sur le lac ?
Encore une question, pour l’instant sans réponse.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

15/02/2018 Afrique

Au Malawi, la violente "initiation sexuelle" des jeunes filles par les "hyènes"

Dans le sud du Malawi existe un rituel initiatique violent : les jeunes filles qui atteignent la puberté doivent avoir des relations sexuelles forcées avec une "hyène", un homme...

En savoir plus

09/02/2018 Asie - pacifique

Chine : sur la trace des disparus du pouvoir

En Chine, tous les moyens sont bons pour mettre au pas la société civile. Pressions, arrestations et même disparitions : depuis l'arrivée au pouvoir de Xi Jinping, des opposants...

En savoir plus

08/12/2017 Migrants

Libye-Italie : les migrants pris entre deux feux

Ces derniers mois, les migrants sont moins nombreux à tenter de traverser la Méditerranée, découragés par les nouvelles politiques italienne et libyenne. Emprisonnés, torturés,...

En savoir plus

01/02/2018 EUROPE

Vidéo : avec des migrants guinéens, à l'épreuve des Alpes

Depuis quelques temps, des groupes de migrants se lancent régulièrement à l'assaut du col de l'Échelle, qui culmine à 1 762 mètres d'altitude dans les Hautes-Alpes, pour tenter...

En savoir plus

26/01/2018 FRANCE

Vidéo : Saint-Laurent-du-Maroni, porte d'entrée clandestine vers la Guyane française

À Saint-Laurent-du-Maroni, la deuxième ville de Guyane, un habitant sur trois est étranger et, bien souvent, en situation irrégulière. Les clandestins, venus notamment du...

En savoir plus