Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Les Arméniens cachés de Turquie en quête d’identité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Yémen : des milliers de réfugiés affluent à Djibouti

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Christianophobie" : un mots qui fait peur..

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Hillary Clinton entre en piste pour 2016 - Les élections législatives au Royaume-Uni

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Naufrages de migrants : l'Europe passive ou impuissante ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Manuel Valls contre le racisme et l'antisémitisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle américaine 2016 : l'économie dans la campagne

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Nokia s'offre Alcatel-Lucent : les emplois menacés ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

Afrique du Sud : les familles des mineurs de Marikana réclament justice

En savoir plus

Sports

L'Espagne n'est plus qu'à un point de la victoire

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/12/2009

David Ferrer est venu à bout de Radek Stepanek pour offrir le deuxième point à l'Espagne en finale de la Coupe Davis disputée contre la République tchèque. Rafael Nadal (photo) avait marqué le premier point en battant Tomas Berdych.

REUTERS - Rafael Nadal a balayé Tomas Berdych et David Ferrer a ferraillé pour battre Radek Stepanek pour permettre vendredi à l'Espagne de mener 2-0 face à la République tchèque en finale de la Coupe Davis.

Tenants du titre, les Espagnols auront l'occasion de boucler la rencontre, qui se déroule sur terre battue et en indoor à Barcelone, dès samedi lors du match de double.

David Ferrer, préféré par le capitaine de l'Espagne à Fernando Verdasco, a bataillé ferme avant de venir à bout de Radek Stepanek 1-6 2-6 6-4 6-4 8-6 pour apporter le deuxième point à l'Espagne.

Le Tchèque a perdu pied après avoir pourtant largement dominé les deux premiers sets, cédant sous la puissance de frappe de Ferrer, qui a réalisé le break décisif dans le 13e jeu de la cinquième manche pour le plus grand plaisir des 16.200 spectateurs du Palau Sant Jordi.

"Ce fut une victoire épique mais elle n'aura servi à rien si nous ne remportons pas le titre", a déclaré Ferrer en conférence de presse. "Je ne la savourerai que si nous gagnons."

Cela pourrait être chose faite dès le double de samedi si la paire espagnole composée de Feliciano Lopez et Fernando Verdasco s'impose.

Le capitaine tchèque a surpris tout le monde en annonçant que le double serait disputé par Lukas Dlouhy et Jan Hajek mais il peut encore décider d'aligner sa paire traditionnelle composée des joueurs de simple Tomas Berdych et Radek Stepanek.

Ce dernier, qui avait disputé un match de six heures en demi-finale face au Croate Ivo Karlovic avant de disputer le double le lendemain, s'est dit en état de jouer samedi.

"Vous me voyez marcher, parler et respirer, donc je pense que je suis prêt à jouer", a-t-il dit.



NADAL REDEVIENT NADAL

La journée avait parfaitement débuté pour l'Espagne avec Rafael Nadal en éclaireur.

Le n°2 mondial, battu lors de ses quatre précédentes rencontres, a retrouvé la forme au moment opportun pour balayer Tomas Berdych 7-5 6-0 6-2.

Il a connu une mise en action un peu difficile avant d'imposer sa loi à Berdych.

Nadal a réalisé le break décisif dans le 11e jeu pour décrocher la première manche après une heure et huit minutes de jeu.

Le quadruple vainqueur de Roland-Garros est apparu transfiguré dans le second set.

De 5-4 à 4-0 dans la troisième manche, il a remporté 13 jeux de suite face à un Tomas Berdych complètement déboussolé.

"J'étais un peu nerveux au début, j'ai joué plus court que d'habitude sur terre battue. Ce premier set a été décisif", a dit Rafael Nadal.
"Après, tout a changé. J'ai trouvé plus de profondeur et plus de lignes. Je n'ai plus fait beaucoup de fautes et je pense que Tomas était plus fatigué que moi.
"A mon avis, il a perdu pied parce que je jouais beaucoup mieux à partir de la fin du premier set. Avec le public derrière moi, j'avais confiance et j'ai commencé à dérouler mon tennis habituel sur terre battue. Pour moi, cette victoire n'est pas une libération. Je voulais donner un point à mon équipe."
 

Première publication : 04/12/2009

COMMENTAIRE(S)