Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Abdou Diouf salue la transition démocratique au Burkina Faso

En savoir plus

REPORTERS

France : le FN à l’épreuve du terrain

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Le nucléaire iranien et Jérusalem sous tension après l’attaque contre une synagogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Les filières jihadistes en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Jihadistes français : les proches sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Neutralité : il faut sauver le soldat Internet

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Urgence sécheresse

En savoir plus

#ActuElles

En finir avec les violences faites aux femmes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : le président Ouattara exige des militaires un retour au calme

En savoir plus

Afrique

Rabat s'oppose au retour d'Aminatou Haidar au Sahara Occidental

Vidéo par Shirli SITBON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/12/2009

La militante pro-Polisario, qui avait mis un terme à une grève de la faim de 19 jours en apprenant qu'elle pouvait se rendre au Saraha Occidental, se heurte finalement au refus de Rabat. Aminatou Haidar est en Espagne depuis son expulsion du Maroc.

AFP - Le Maroc, au risque d'une crise diplomatique avec Madrid, a interdit à la militante pro-Polisario Aminatou Haidar de rentrer au Sahara Occidental vendredi soir par avion, après lui en avoir donné dans un premier temps l'autorisation, a assuré le gouvernement espagnol.

Le Maroc, qui s'oppose au retour de Mme Haidar "n'a pas changé" de position, a seulement commenté une source diplomatique marocaine interrogée à Rabat par l'AFP, sans commenter précisément la version officielle espagnole.

"Nous avions (obtenu du Maroc) les permis pour voler comme pour atterrir à Laâyoune" (principale ville du Sahara occidental), a expliqué à l'aéroport de Lanzarote (Canaries) Agustin Santos, chef de cabinet du ministre espagnol des Affaires étrangères Miguel Angel Moratinos, qui avait pris place dans l'avion.

Mais peu avant le décollage, "la personne qui était là-bas à la tour de contrôle (de Laâyoune) nous a dit qu'il manquait un plan de vol déposé 24 heures à l'avance". Nous avons insisté mais il n'a pas été possible de voler", a ajouté M. Santos.

Le chef de cabinet de M. Moratinos a toutefois souligné que la délégation accompagnant Mme Haidar espérait malgré tout pouvoir obtenir du Maroc un plan de vol pour la Sahara occidental, sans préciser quand.

Après ces péripéties, Mme Haidar a été débarquée de l'avion et reconduite en chaise roulante au terminal de l'aéroport au milieu de ses sympathisants. En début de soirée, elle avait mis un terme à une grève de la faim de 19 jours, alors que son retour semblait imminent.

Un responsable du Polisario à Madrid, Mhamed Jadad, a qualifié de "gifle" à l'Espagne l'apparente volte-face des autorités marocaines. "L'attitude téméraire du Maroc est un défi à l'Espagne qui l'oblige à réagir", a-t-il estimé.

Le secrétaire général du Parti communiste espagnole (PCE) José Luis Centella a réclamé la suspension des accords bilatéraux entre l'Union européenne et le Maroc "devant cette nouvelle atteinte aux droits de l'Homme". Une réunion UE-Maroc est prévue lundi à Bruxelles.

Mme Haidar avait été expulsée le 14 novembre du Sahara occidental par les autorités marocaines qu'elle accuse de lui avoir retiré son passeport marocain avant de l'avoir embarquée dans un vol pour Lanzarote.

Selon Rabat, elle avait refusé d'"accomplir les formalités habituelles de police et renié sa nationalité marocaine" à son arrivée le 13 novembre à Laâyoune.

Mercredi, le ministre marocain des Affaires étrangères Taïeb Fassi Fihri a estimé qu'elle devait "assumer, seule, les conséquences juridiques et morales qui résultent de ce comportement".

La vice-présidente du gouvernement espagnol, Maria Teresa Fernandez de la Vega, avait pressé dans l'après-midi à Mme Haidar de cesser sa grève de la faim, en promettant que Madrid poursuivait ses efforts diplomatiques pour régler sa situation.

Le Sahara occidental, ancienne colonie espagnole, a été annexé en 1975 par le Maroc qui l'administre depuis cette date. Rabat propose pour cette région un plan de large autonomie sous la souveraineté marocaine, auquel s'oppose le Polisario, soutenu par Alger, qui réclame un référendum d'autodétermination.
 

Première publication : 05/12/2009

COMMENTAIRE(S)