Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Amériques

Obama consent à se rendre à la clôture du sommet de Copenhague

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/12/2009

Barack Obama n'assistera pas à l'ouverture du sommet de Copenhague, mais à sa clôture. Le président américain pourra ainsi participer aux ultimes négociations sur le réchauffement climatique.

AFP - Coup de théâtre à trois jours de la conférence sur le climat: Barack Obama a fait savoir vendredi qu'il se rendrait finalement à Copenhague pour la dernière journée du sommet, afin de participer aux ultimes négociations avec les autres dirigeants mondiaux.

Un webdocumentaire FRANCE 24 - RFI

"Le président (Obama) estime que le rôle d'entraînement des Etats-Unis sera sans doute plus efficace s'il participe à la fin du sommet de Copenhague le 18 décembre plutôt que le 9 décembre" comme il l'avait d'abord prévu, a indiqué le porte-parole de la Maison Blanche, Robert Gibbs, dans un communiqué.

"Il reste des questions importantes qui doivent être négociées pour parvenir à un accord, mais cette décision illustre l'engagement du président (Obama) à faire tout ce qu'il peut pour aboutir à un résultat positif", a insisté M. Gibbs.

Selon lui, M. Obama, qui avait été critiqué après avoir annoncé sa présence pour le seul 9 décembre, a modifié ses projets suite à ses discussions avec d'autres dirigeants et en constatant des progrès dans les discussions destinées à aboutir à un accord sur le climat.

Le président français Nicolas Sarkozy a immédiatement accueilli cette annonce "avec beaucoup de satisfaction", jugeant que cette décision "témoigne de l'importance accordée par les Etats-Unis au succès de cette conférence sur le climat".

L'organisation écologiste Greenpeace s'est également réjouie de cette nouvelle, estimant que "tous les éléments (étaient) maintenant réunis pour que les leaders aillent de l'avant et s'entendent sur un accord contraignant" qui limite efficacement les émissions de gaz à effet de serre.

Plus de 100 chefs d'Etat ou de gouvernement ont déjà confirmé leur participation à la conférence de Copenhague (7 au 18 décembre).

Autre démonstration de bonne volonté, les Etats-Unis se sont dits prêts à payer "leur juste part" du plan d'aide annuelle de 10 milliards de dollars aux pays en développement pour les aider à lutter contre le réchauffement climatique, plan qui devrait être adopté à Copenhague.

La Grande-Bretagne et la France avaient appelé la semaine dernière à la création de ce fonds de soutien.

"Un consensus est en train de se former pour considérer qu'un des éléments centraux d'un accord à Copenhague devrait être la mobilisation de 10 milliards de dollars par an d'ici 2012" au profit des pays en développement, a déclaré M. Gibbs. "Les Etats-Unis paieront leur juste part de ce montant", a-t-il dit.

M. Gibbs a précisé que M. Obama avait discuté de l'état des négociations avec M. Sarkozy mais aussi avec le Premier ministre britannique Gordon Brown, le Premier ministre australien Kevin Rudd et la chancelière allemande Angela Merkel.

L'aide aux pays en développement est considérée comme un élément crucial dans la recherche d'un accord à Copenhague, les pays en développement hésitant à accepter des objectifs contraignants de lutte contre le réchauffement, dont ils rejettent la responsabilité historique sur les pays riches.

M. Obama a suscité une embellie dans le processus conduisant à Copenhague en annonçant le 25 novembre un objectif chiffré de réduction des émissions de gaz à effet de serre américaines de 17% d'ici à 2020 par rapport à 2005.

Mais pour Greenpeace ces objectifs sont encore bien insuffisants. L'organisation écologiste a ainsi appelé le président américain "à augmenter les cibles de réduction et la contribution financière (des Etats-Unis)" pour répondre aux exigences du réchauffement climatique.
 

Première publication : 05/12/2009

COMMENTAIRE(S)