Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Asie - pacifique

Affrontements entre policiers et manifestants à Téhéran

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/12/2009

Selon des témoins, des heurts ont opposé la police et des partisans de l'opposition près de l'université de Téhéran où la police campe pour empêcher tout rassemblement en marge de la Journée nationale des étudiants qui a lieu aujourd'hui.

AFP - La police iranienne a tiré lundi matin du gaz lacrymogène pour disperser des manifestants dans le centre de Téhéran alors que des affrontements ont eu lieu entre des groupes de manifestants et des policiers, ont rapporté à l'AFP des témoins.

"La police a tiré du gaz lacrymogène contre des groupes de manifestants qui lançaient des slogans contre le président Mahmoud Ahmadinejad", a déclaré un témoin.

Ces incidents ont eu lieu sur l'avenue Enghelab, qui longe l'université de Téhéran, selon ce témoin.


L'AFP n'a pas pu confirmer ces incidents dans la mesure où la presse étrangère est interdite de couvrir les manifestations de l'opposition. Les cartes de presse des journalistes travaillant pour les médias étrangers ont été déclaré "non valables" par les autorités pendant 48 heures.

Première publication : 07/12/2009

COMMENTAIRE(S)