Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

  • En direct : Hollande annonce des frappes aériennes en Irak dans un délai "court"

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

Planète

"Je vais pouvoir leur montrer combien nous aimons notre mère la Terre"

Vidéo par Jennifer KNOCK

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/12/2009

Comme la participante péruvienne Irma Luz Pomas-Cochas, activistes de la cause environnementale, représentants des pays et réfugiés climatiques se sont donnés rendez-vous par milliers à Copenhague pour suivre le sommet sur le climat.

Un webdocumentaire FRANCE 24 - RFI

Des participants venus en costumes traditionnels, ou munis de photos montrant l’impact du réchauffement dans leur pays : au Bella Center de Copenhague, le sommet international sur le climat, qui s’est ouvert ce lundi, s’annonce différent des habituelles conférences internationales en costume-cravate.

"C’est la quinzième conférence sur le climat, mais on a l’impression que c’est la première", témoigne Jennifer Knock, spécialiste des questions environnementales à FRANCE 24. "Ici, on est venu de tous les pays, même les plus lointains, des petites villes, des atolls, etc., ajoute-t-elle. On évoque dans les couloirs un village en train de disparaître en Côte d’Ivoire, on montre quelques photos et on se rend tout de suite compte de la situation."

Vêtue d’une tenue traditionnelle très colorée des communautés indiennes du Pérou, la participante Irma Luz Pomas-Cochas veut croire que le sommet aboutira à un accord qui permettra de réduire les émissions de gaz à effet de serre. "Je suis venue avec beaucoup d’énergie positive, je crois vraiment qu’ils nous écouterons, témoigne-t-elle. Je suis contente, je vais pouvoir leur montrer combien nous aimons notre mère la Terre."

Copenhague "dépositaire des espoirs de l’humanité"

Sur l’écran du Bella Center, une fillette endormie avec son ours blanc en peluche s'éveille au milieu du désert, avant d'être rattrapée par des vagues déchaînées. Ces images choc, issues d’un film catastrophe rappelant l’impact que pourrait avoir le réchauffement climatique, ont été projetées devant les 1 200 délégués des 192 pays venus assister au sommet.

Même ton dans les rues de la capitale danoise. D’immenses affiches sont placardées dans l’aéroport et à travers toute la ville. Elles représentent les chefs d’Etat qui participent au sommet, artificiellement vieillis. "Ils disent : ‘On est désolés. On aurait pu arrêter le changement climatique. On ne l’a pas fait’", décrit Eve Irvine, l’envoyée spéciale de FRANCE 24 à Copenhague.

C’est pourtant une note d’espoir que le Premier ministre danois, Lars Loekke Rasmussen, a tenu à apporter dans son discours prononcé lors de  la cérémonie d’ouverture du sommet. Pour lui, la conférence est "dépositaire des espoirs de l'humanité". "A l'heure où je vous parle, 110 chefs d'Etat et de gouvernement ont annoncé qu'ils viendraient pour participer aux derniers jours de cette conférence", a-t-il ajouté, soulignant "une mobilisation sans précédent".

Les participants priés de venir en bus ou en vélo

Ce grand rendez-vous climatique de Copenhague aura lieu aussi en dehors des portes du Bella Center, dans les rues de Copenhague. Les organisations environnementales ont ainsi appelé à une manifestation le samedi 12 décembre. Et le WWF demande aux habitants d’éteindre les lumières mercredi 16 pendant une heure pour témoigner leur soutien à la lutte contre le réchauffement climatique.

A partir d'aujourd'hui, la ville vit au rythme du sommet. "Il y a eu des annonces au journal télévisé pour demander aux habitants d’héberger des participants au sommet, car les hôtels ont été pris d’assaut", raconte Jennifer Knock. "L’accès au Bella Center est fermé aux voitures, précise-t-elle. L’idée est que tous les délégués participant au sommet s’y rendent en transports en commun ou en vélo, des moyens de transport ‘verts'."


 

Première publication : 07/12/2009

  • SOMMET DE COPENHAGUE

    Jour 1: La planète réunie à Copenhague pour limiter la casse

    En savoir plus

  • ÉCOLOGIE

    Petit guide sur les logos verts pour éviter les arnaques

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)