Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Moyen-orient

Attentats en chaîne à Bagdad

Vidéo par Elisabeth ALLAIN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/12/2009

Cinq attentats à la voiture piégée se sont succédés à quelques minutes d'intervalle dans la capitale irakienne. Le dernier bilan officiel fait état d'au moins 127 morts et 448 blessés.

AFP - Bagdad a connu mardi une des journées les plus meurtrières depuis le début de l'année avec cinq attentats simultanés à la voiture piégée qui ont fait, selon un bilan provisoire, au moins 127 morts et 448 blessés, dans une opération portant la marque d'Al-Qaïda.
   
Ces attaques ont éclipsé l'annonce de la présidence qui a fixé au 7 mars la date des élections législatives, cruciales pour l'avenir de l'Irak et qui seront les deuxièmes depuis la chute du régime de Saddam Hussein en 2003.
   
Cinq véhicules, dont quatre conduits par des kamikazes, ont explosé presque simultanément vers 10H25 locales (07H25 GMT) dans plusieurs quartiers de Bagdad, détruisant trois bureaux gouvernementaux, ravageant un tunnel routier et frappant une patrouille de police, selon des sources de sécurité.
   
"Au moins 127 personnes ont été tuées et 448 blessées", a indiqué une source au ministère de l'Intérieur.
   
Parmi les cibles figure le siège provisoire du ministère des Finances, qui avait déménagé à Chorja (centre) après un attentat meurtrier le 19 août contre l'ancien bâtiment.
   
"Un kamikaze a pénétré avec un minibus rempli de plastic et de nitrate d'ammonium sur le parking mitoyen avec le ministère et s'est fait exploser", a affirmé un policier sur place.
   
Dans le quartier de Mansour, une camionnette conduite par un kamikaze a foncé sur le Palais de justice, alors qu'un bus a sauté au-dessus d'un tunnel routier menant au ministère du Travail, rue de Palestine.
   
"Le kamikaze est arrivé à vive allure (avec son véhicule) vers le Palais de justice. Les forces de sécurité ont tiré mais n'ont pas pu l'empêcher de faire exploser sa voiture", a affirmé un policier, Imad Fadel.
   
Dans le quartier de Dora, un kamikaze a fait exploser sa voiture contre une patrouille de la police devant l'Institut de Technologie, tuant trois policiers et 12 étudiants. Vingt-trois étudiants ont été blessés, selon une source de sécurité.
   
La cinquième attaque, visant l'antenne du ministère de l'Intérieur à Al-Nahda, n'était pas un attentat suicide.
   
"Les crimes portent l'empreinte du groupe terroriste Al-Qaïda et des  Baassistes (membres du parti Baas de Saddam Hussein), appuyés par l'extérieur. Les ennemis de l'Irak et de son peuple veulent créer le chaos dans le pays et perturber les élections", a affirmé dans un communiqué le Premier ministre Nouri al-Maliki.
   
Le Parlement a décidé d'auditionner jeudi M. Maliki et les ministres chargés de la sécurité, a annoncé son président Iyad al-Samarraï.
   
La planification des attentats ressemble à celle des attaques du 19 août et du 25 octobre contre des symboles du pouvoir à Bagdad, qui avaient fait plus de 250 morts. Elles avaient été attribuées à Al-Qaïda et à des affidés de l'ex-régime, qui parviennent à organiser de spectaculaires attentats malgré la nette baisse des violences en Irak.
   
Entretemps, après des hésitations, le Conseil présidentiel, qui regroupe le chef de l'Etat et les deux vice-présidents, a décidé de fixer au 7 mars les deuxièmes législatives, a affirmé le chef de cabinet du chef de l'Etat, Nassir al-Ani, à la télévision officielle.
   
Le commandant des troupes américaines en Irak, Ray Odierno, avait prévu un regain des attaques avant le scrutin et souligné qu'il pourrait demander à Washington de retarder le retrait progressif des troupes si besoin.
   
Les troupes de combat doivent avoir quitté l'Irak d'ici août 2010, un prélude au désengagement total fin 2011. Quelque 115.000 soldats américains sont toujours déployés en Irak.
   
A l'étranger, la Syrie, régulièrement accusée par Bagdad de laisser des insurgés sunnites s'inflitrer pour commettre des attentats, a condamné "avec force" les attaques.
   
Moscou, Paris, Washington et l'ONU ont également fermement condamné ces violences. Londres a affirmé que ces attentats ne parviendraient pas à saper les progrès réalisés en Irak.

 

Première publication : 08/12/2009

  • IRAK

    Des centaines de nostalgiques du régime de Saddam Hussein se recueillent sur sa tombe

    En savoir plus

  • IRAK

    Le président du Parlement évoque la tenue de législatives en mars

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)