Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • L'Allemagne est championne du monde pour la 4e fois de son histoire

    En savoir plus

  • Les civils fuient leurs habitations dans le nord de la bande de Gaza

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Décès du célèbre chef d’orchestre américain Lorin Maazel

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

Amériques

"L'ange blond de la mort" devant ses juges

©

Vidéo par Karim YAHIAOUI

Texte par Andres BERMUDEZ LIEVANO

Dernière modification : 12/12/2009

Le procès de l'ancien capitaine Alfredo Astiz s'ouvre ce vendredi à Buenos Aires. Celui que l'on surnomme "l’ange blond de la mort" est considéré comme l'un des pires tortionnaires de la "guerre sale" (1976-1983).

Vingt-six ans après la fin de la dictature militaire en Argentine (1976-1983), l'ancien officier de la marine Alfredo Astiz, 58 ans, doit répondre de ses actes devant la justice. Reporté une première fois - la défense ayant récusé le juge -, son procès s'ouvre vendredi à Buenos Aires. Accusé de crimes contre l'humanité, celui dont la chevelure dorée lui a valu le surnom d'"ange blond de la mort" est considéré comme l’un des pires tortionnaires de la "guerre sale" menée contre les opposants de gauche durant les années 1970.

"Vols de la mort"

Aux côtés d'Alfredo Astiz figure, sur le banc des accusés, 18 membres d’une unité spéciale de l'École de mécanique de l'armée (ESMA), qui ont servi sous la "guerre sale".  L'ESMA, un nom qui fait frémir : près de 5 000 dissidents politiques ont été torturés puis exécutés entre 1976 et 1983 dans les bâtiments de l'École, véritable centre de détention illégal devenu le symbole de la répression durant ces années noires de l'Argentine.

Nombre de personnes passées par l'Esma ont été embarquées dans les sinistres "vols de la mort" pour être jetées dans le fleuve Rio de la Plata depuis des avions. Dans le procès d'Astiz et de ses co-accusés, qui doit durer six mois, 86 disparitions seront examinées.

Étouffés pendant de longues années, les dossiers judiciaires sur les militaires de la dictature ont été dépoussiérés en 2003, date de l'annulation des lois d'amnistie sous la présidence Kirchner. Depuis, les autorités souhaitent que les tortionnaires soient jugés rapidement. Au total, on dénombre plus de 30 000 disparus, selon les organisations de défense de droits de l'Homme.

Condamné à perpétuité en France

À la tête d'un commando à l'époque des faits, l'"ange blond de la mort" est accusé de torture contre des opposants au régime. Il est également soupçonné d'être impliqué dans la disparition de deux religieuses françaises, Léonie Duquet et Alice Domon, ainsi que dans celles de la fondatrice du mouvement des Mères de la Place de Mai, Azucena Villaflor, et de l'Argentino-Suédoise Dagmar Hagelin, en 1977.

Il a déjà été condamné par contumace en France à la prison à vie pour le meurtre des deux religieuses françaises, ainsi qu’en Italie pour celui de trois Italiens. Mais c’est la première fois qu’il va faire face à la justice de son propre pays.

L'"ange blond de la mort" a justifié son surnom en étant l’un des rares anciens militaires à justifier la "guerre sale" et à se vanter des techniques d’enlèvement et de tortures en cours sous la dictature.

Première publication : 09/12/2009

  • ARGENTINE

    Chronologie de la "guerre sale"

    En savoir plus

  • ARGENTINE

    Ouverture du procès du dernier dictateur argentin, le général Bignone

    En savoir plus

  • ARGENTINE

    Un ex-général condamné à la prison à perpétuité

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)