Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Moyen-orient

Al-Qaïda revendique la série de cinq attentats à Bagdad

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/12/2009

L'État islamique d'Irak, la branche irakienne du réseau Al-Qaïda, revendique la série de cinq attentats qui a tué 127 personnes mardi à Bagdad. Par ailleurs, le Premier ministre Nouri al-Maliki a limogé le chef de la sécurité.

AFP - L'Etat islamique d'Irak, la branche irakienne du réseau Al-Qaïda, a revendiqué mercredi les attentats qui ont fait 127 morts la veille à Bagdad, où le Premier ministre a limogé le chef des forces de sécurité de la capitale.

Un communiqué de l'Etat islamique d'Irak revendiquant les attentats a été publié sur des sites jihadistes, a rapporté le centre américain de surveillance de sites islamistes SITE. Dans ce communiqué, Al-Qaïda, qui a déjà revendiqué plusieurs attentats dans le pays cette année, prévient qu'il poursuivra sa campagne d'attentats jusqu'à ce que la loi islamique soit instaurée en Irak, selon SITE.

Selon la même source, le mouvement islamiste a également revendiqué un attentat suicide qui a tué le 3 décembre le chef antiterroriste de la province de Salaheddine et quatre autres personnes à Tikrit (nord).

A Bagdad, le Premier ministre Nouri al-Maliki a limogé le chef des forces de sécurité de Bagdad au lendemain des attentats, perpétrés grâce à la complicité de Ryad et Damas selon un haut responsable de la police.

Cette décision survient alors que les députés ont demandé l'audition jeudi des ministres chargé de la sécurité ainsi que de M. Maliki, qui a mis en garde ses adversaires contre une politisation de ces attentats.

"Cette opération nécessite beaucoup d'argent, qui est venu de Syrie et d'Arabie saoudite et ces pays étaient au courant" de ces transferts, avait auparavant accusé devant la presse le général Jihad al-Jabiri, directeur général des services de déminage de la police.

Il a indiqué que tous les attentats avaient été commis avec du plastic "provenant de l'étranger".

"Si vous voulez remplir (d'explosifs) une petite voiture, il vous en faut 850 kg et cela coûte 100.000 dollars. Mais hier, les attentats ont été commis à l'aide de camionnette et de pick-up", a-t-il ajouté, notant que le plastic était "très cher et très puissant".

Selon lui, les Baassistes fidèles à l'ancien dictateur Saddam Hussein ont commis ces attentats en collaboration avec Al-Qaïda et "des pays voisins les ont aidés".

Alors que les élections législatives ont été fixées au 7 mars, M. Maliki doit faire face à une attaque en règle de ses adversaires qui entendent démontrer l'inanité de ses efforts pour rétablir l'ordre dans le pays.

"J'appelle (tous les hommes politiques) à éviter d'utiliser ces désastres (les attentats) pour créer des conflits dans le cadre de la campagne électorale. Car si le temple s'effondre, il tombera sur la tête de tout le monde et aucune liste (politique) ne sera épargnée", a-t-il dit lors d'une intervention télévisée.

Il a par ailleurs souhaité que "les pays voisins qui ont condamné ces attentats arrêtent les terroristes d'où qu'ils viennent". Mardi, la Syrie avait condamné "avec force" ces violences.

Après les attentats de mardi, les députés ont demandé l'audition jeudi de M. Maliki et des ministres chargés de la sécurité. Le ministre de l'Intérieur, Jawad al-Bolani, responsable de la police, a dit "être prêt à se présenter devant les députés à condition que la séance soit publique".

Les violences ont fait de nouvelles victimes mercredi. Sept personnes ont été tuées et 26 blessées dans des attentats contre des autobus à Bagdad et ses environs alors qu'un policier a été abattu par un tireur embusqué à Azamiya, un quartier sunnite du nord de Bagdad.

 

Première publication : 10/12/2009

COMMENTAIRE(S)