Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

Asie - pacifique

Arrestation de cinq étrangers et d'un Pakistanais soupçonnés d'être liés à Al-Qaïda

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/12/2009

Les autorités pakistanaises confirment que trois des étrangers sont Américains. De son côté, le CAIR, principale association musulmane des États-Unis, affirme que les cinq suspects sont des étudiants musulmans de la banlieue de Washington.

AFP - Les enquêteurs pakistanais et des policiers américains interrogeaient jeudi six hommes ayant la nationalité américaine arrêtés la veille dans l'est du Pakistan, et soupçonnés d'entretenir des liens avec Al-Qaïda, a-t-on appris de sources officielles.

Aux Etats-Unis, une association musulmane a assuré que cinq d'entre eux étaient des étudiants dont les familles avaient signalé la disparition en fournissant au FBI une vidéo dans laquelle l'un disait "adieu" à ses proches et truffée de références au Coran et au jihad, la "guerre sainte".

Les six hommes ont été arrêtés mercredi à Sargodha, à 180 km au sud d'Islamabad, dans la maison d'un homme soupçonné d'appartenir au groupe islamiste armé Jaish-e-Mohammad (l'Armée de Mahomet), responsable de plusieurs attentats dans le pays et lié à Al-Qaïda, selon la police.

"Les gens qui ont été arrêtés sont des citoyens américains, certains d'origine pakistanaise, le reste ayant d'autres origines", a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Abdul Basit, qui a refusé de donner le nombre d'arrestations.

"Cinq étrangers --deux Américains d'origine pakistanaise, un Egyptien, un Ethiopien et un Erythréen-- ont été arrêtés", avait déclaré auparavant à l'AFP Usman Anwar, le chef de la police du district de Sargodha.

"Nous avons également arrêté (...) le père des deux jeunes Américains, qui jouit également de la nationalité américaine et est un chef local du Jaish-e-Mohammad", a-t-il ajouté.

Les six sont soupçonnés d'entretenir des liens avec Al-Qaïda, a dit M. Anwar.

Un autre officier de police du district, Haseeb Shah, a affirmé à l'AFP qu'"une équipe de deux agents du FBI (la police criminelle américaine) est à Sargodha pour les interroger" aux côtés des enquêteurs pakistanais.

"Nous travaillons à la confirmation des identités et des nationalités", a déclaré à l'AFP Richard Snelsire, porte-parole de l'ambassade des Etats-Unis à Islamabad.

Selon le CAIR, une des principales associations musulmanes des Etats-Unis, les cinq jeunes suspects sont des étudiants musulmans, résidant en Virginie, dans la banlieue de Washington.

Sans nouvelle des cinq hommes, des proches avaient informé le CAIR le 1er décembre, peu après leur disparition.

Nihad Awad, directeur du CAIR, a précisé que les familles ont remis au FBI un enregistrement vidéo de l'un des disparus qui y fait "ses adieux".

"On dirait que les images ont été filmées pendant un conflit avec des gens qui veulent probablement se battre pour défendre l'islam, un peu comme les vidéos qu'on trouve sur internet", a souligné M. Awad devant la presse à Washington mercredi.

Le FBI tente de savoir "si ce sont bien les cinq étudiants portés disparus", a expliqué Lindsey Godwin, une porte-parole de l'agence américaine.

Le Pakistan, à qui Al-Qaïda a décrété le jihad, à l'été 2007, pour son soutien à la "guerre contre le terrorisme" de Washington, est en proie à une vague sans précédent d'attentats. Ils sont perpétrés pour la plupart par les kamikazes d'un mouvement de talibans alliés au réseau d'Oussama Ben Laden, et qui a fait près de 2.700 morts ces deux dernières années.

Les zones tribales du nord-ouest, frontalières avec l'Afghanistan, sont considérées comme le nouveau sanctuaire d'Al-Qaïda.

Première publication : 10/12/2009

COMMENTAIRE(S)