Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

SUR LE NET

Chine : de faux profils Twitter démasqués

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les cachotteries de Poutine et Merkel"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Les défis diplomatiques de John Kerry

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Gaza : l'espoir de trêve évanoui ?

En savoir plus

Tous les matins, nous vous proposons un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays. Du lundi au vendredi, à 7h45.

FOCUS

FOCUS

Dernière modification : 10/12/2009

À Ciudad Juarez, le racket systématique des commerçants

A Ciudad Juarez, on dénombre 2 500 meurtres en 2009, et ce sans compter les extorsions, menaces, séquestrations, maisons et commerces brûlés. Les commerçants de la ville sont des cibles de choix pour les organisations mafieuses que sont les cartels de la drogue.

Jean Rivelois, professeur à l’Institut des hautes études de l'Amérique latine, et Laurence Cuvillier, notre correspondante à Mexico, sont les invités de ce Focus. 

A Ciudad Juarez, près de 2500 meurtres ont été commis en 2009. Deux cartels de la drogue, qui s’y livrent une guerre sordide, ont créé un désordre dans lequel se sont infiltrés des centaines de bandes criminelles. Les commerçants sont parmi les premières victimes : extorsions, menaces, incendies et séquestrations… Le crime organisé profite du fait que les autorités soient complètement débordées par la situation. A tel point que, mi-novembre, un syndicat de patronat de la ville a envoyé une requête au gouvernement mexicain pour demander l’intervention de l’ONU dans cette ville connue pour être la plus dangereuse du monde.

“Soit je paie mes impôts, soit je paie la ‘cuota’, confie un garagiste lors de la manifestation du 6 décembre. Je n’ai pas les moyens de payer les deux. Et puis, au nom de quoi devrais-je donner mon argent à l’Etat s’il ne fait rien pour nous.” La ‘cuota’, un mot qui désigne la somme d’argent que réclament les cartels de la drogue ou les organisations criminelles aux commerçants de la ville. Un système de racket qui s’est généralisé en deux ans : 70 à 80 % des commerçants de Ciudad Juarez en seraient victimes. Et cela va du vendeur de burritos dans la rue, au PDG de maquilarora… “La plupart des commerçants refusent d’avouer qu’ils la paient, commente un journaliste local. Ils ont honte. De toutes façons, ceux qui ne la paient pas, c’est qu’ils collaborent d’une autre manière avec une organisation criminelle…”

Rafale de mitraillette

Scénario classique : le premier jour, un groupe inconnu arrive dans une voiture aux vitres fumées. Ils font savoir au propriétaire qu’il a 24 heures pour payer. La somme peut aller jusqu’à 1 000 euros par mois pour un commerce moyen. Le lendemain, si le commerçant n’a pas payé, le groupe repasse et lance une rafale de mitraillette sur la façade. Un signe qui veut dire : “Paie. On ne plaisante pas.” Parfois, entre-temps, le commerçant a prévenu la police. Des agents sont passés, ont constaté les faits, mais disent qu’il est impossible de prouver que cette rafale était dirigée contre lui – les coups de feu sont si fréquents ici. Au mieux, une enquête est lancée, mais à savoir quand les premières démarches auront lieu… Le troisième jour, si le commerçant n’a pas payé, les malfaiteurs mettent le feu à son négoce.

Pourquoi les autorités ne réagissent-elles pas? “S’ils ne portent pas plainte, nous ne pouvons rien faire, explique le chef de la police municipal. Mais quand un commerçant porte plainte, bien sûr, nous mettons tous les moyens en œuvre pour le protéger, en lui donnant une escorte s’il faut.” Ce qu’il ne dit pas, c’est que l’escorte sera facturée au plaignant. A un prix souvent prohibitif que peu de personnes peuvent débourser…


 

Par Laurence CUVILLIER

COMMENTAIRE(S)

Les archives

31/07/2014 Birmanie

Birmanie : la transition démocratique piétine

Les élections générales en Birmanie sont prévues pour dans quelques mois, un an tout au plus. Mais trois ans après le coup de théâtre qui a mis fin à un demi-siècle d’oppression...

En savoir plus

30/07/2014 Justice

États-Unis : les prisons californiennes surpeuplées

Avec plus de 150 000 détenus, l’État de Californie détient le nombre de prisonniers plus important du pays, ainsi que le taux de récidive le plus haut avec 65 %. Les prisons sont...

En savoir plus

29/07/2014 Islam

Pakistan : Ahmadie, une communauté menacée "au pays des purs"

Au Pakistan, la minorité ahmadie se considère musulmane, mais ses membres sont jugés comme hérétiques par nombre de Pakistanais, puisqu'ils reconnaissent un prophète après...

En savoir plus

28/07/2014 Carrefour

Inde : Carrefour jette l’éponge

Début juillet, le groupe français de grande distribution Carrefour a annoncé sa décision de quitter le marché indien, en fermant d’ici fin septembre les cinq magasins de ventes...

En savoir plus

25/07/2014 Réfugiés syriens

Ces réfugiés syriens dont de nombreux Turcs ne veulent plus

Depuis le début du conflit, plus d’un million de Syriens ont trouvé refuge en Turquie. Une situation qui exaspère de plus en plus de Turcs, qui reprochent au gouvernement sa...

En savoir plus