Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

JO-2016 : Les Français en route pour Rio

En savoir plus

LE DÉBAT

Theresa May en France : le Brexit au plus vite ?

En savoir plus

Planète @venir

L’incroyable phénomène de l’e-sport

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fabien Archambault : "La France n'est pas un grand pays de football"

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : la télémédecine, une initiative pour les femmes médecins

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur la route des festivals de musique

En savoir plus

TECH 24

Beauté connectée : parce que vous le valez bien...

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le monde décrit par Trump n’existe pas"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Attentat de Nice : "Cazeneuve face à l'été meurtrier"

En savoir plus

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

FOCUS

FOCUS

Dernière modification : 11/12/2009

Alfredo Astiz, "l'ange blond de la mort", sur le banc de accusés

Ce vendredi s'ouvre à Buenos Aires le procès d'Alfredo Astiz pour crimes contre l'humanité. Cet ancien officier de la marine, surnommé "l'ange blond de la mort", est accusé d'être un des pires tortionnaires de la dictature argentine (1976-1983).

Les invités de ce Focus sont Antoine Raux, notre correspondant à Buenos Aires, et Tristan Mendès-France, auteur de "Gueule d’ange" (éditions Favre, 2003) et réalisateur d’un documentaire sur Alfredo Astiz.

 

 

Il s'est lui même défini comme la "meilleure machine à tuer un homme politique ou un journaliste", rappelle Horacio Mendez Carreras, avocat des disparus français en Argentine. Et pourtant, il est longtemps passé à travers les filets de la justice argentine. Le capitaine Alfredo Astiz, 59 ans aujourd'hui, est accusé d'avoir séquestré et torturé des dizaines d'opposants politiques durant la dictature argentine entre 1976 et 1983.

Grâce aux lois d'impunité et autres pardons accordés aux militaires, il vivait en liberté… Au grand dam des associations de défense des droits de l'Homme qui ont manifesté quotidiennement pour son emprisonnement durant des années.

Le scandale aurait pu continuer. Mais, en 2003, l'Argentine annule les lois dites "Obediencia Debida" et "Punto Final" qui avaient permis d'arrêter les procédures engagées au début des années 1980, et déclare imprescriptibles les crimes contre l'humanité. Depuis, Alfredo Astiz attend, avec d'autres ex-militaires, son jugement en prison.

En France, en 1990, Astiz a déjà été condamné par contumace pour le meurtre de deux religieuses françaises. Verdict : réclusion à perpétuité. Plus de 30 ans après les faits, celui qui fut longtemps un symbole de l'impunité des militaires doit répondre à la justice de son pays.
 

Par Antoine RAUX

COMMENTAIRE(S)

Les archives

22/07/2016 Pakistan

Pakistan : la télémédecine, une initiative pour les femmes médecins

Au Pakistan, près de trois-quarts des étudiants en médecine sont des femmes mais seulement un quart d'entre elles exerceront une profession médicale. Beaucoup renoncent en raison...

En savoir plus

21/07/2016 Première Guerre mondiale

France : le déminage continue sur les champs de bataille de la Première guerre mondiale

Le centenaire de batailles emblématiques de la Première guerre mondiale a été commémoré ces derniers mois, comme celles de la Somme ou de Verdun. Plusieurs centaines de milliers...

En savoir plus

20/07/2016 Mozambique

Mozambique : le coûteux scandale des dettes d'État cachées

Voilà quelques mois, le FMI prédisait au Mozambique une croissance de 25 % par an d'ici 10 ans grâce à ses réserves de gaz naturel pas encore exploitées. Des prévisions faites...

En savoir plus

19/07/2016 États-Unis

États-Unis : des musulmans profitent de l'élection présidentielle pour se faire entendre

Le candidat républicain Donald Trump doit être investi cette semaine pour l'élection présidentielle américaine de novembre. Le milliardaire s'est illustré ces derniers mois par...

En savoir plus

18/07/2016 Iran

L'Iran, un an après la signature de l'accord sur le nucléaire

Le 14 juillet 2015, les Iraniens célébraient la signature d'un accord sur le nucléaire iranien qui devait mettre fin à plus de 12 années de sanctions internationales. Un an plus...

En savoir plus