Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : une base de l'ONU attaquée à Tombouctou

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Réforme constitutionnelle, un texte, des controverses

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Crise des migrants : l'impasse de Calais

En savoir plus

TECH 24

L'archéologie en mode makers

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Revenu universel : une bonne idée ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Raul Castro à Paris : une nouvelle page dans les relations franco-cubaines ?

En savoir plus

FOCUS

La Californie en première ligne pour la reconnaissance des enfants transgenres

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bernard Foccroulle, le souffle lyrique

En savoir plus

#ActuElles

RD Congo : la lutte contre les viols passe par la fin de l’impunité

En savoir plus

Tous les matins, nous vous proposons un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays. Du lundi au vendredi, à 7h45.

FOCUS

FOCUS

Dernière modification : 11/12/2009

Alfredo Astiz, "l'ange blond de la mort", sur le banc de accusés

Ce vendredi s'ouvre à Buenos Aires le procès d'Alfredo Astiz pour crimes contre l'humanité. Cet ancien officier de la marine, surnommé "l'ange blond de la mort", est accusé d'être un des pires tortionnaires de la dictature argentine (1976-1983).

Les invités de ce Focus sont Antoine Raux, notre correspondant à Buenos Aires, et Tristan Mendès-France, auteur de "Gueule d’ange" (éditions Favre, 2003) et réalisateur d’un documentaire sur Alfredo Astiz.

 

 

Il s'est lui même défini comme la "meilleure machine à tuer un homme politique ou un journaliste", rappelle Horacio Mendez Carreras, avocat des disparus français en Argentine. Et pourtant, il est longtemps passé à travers les filets de la justice argentine. Le capitaine Alfredo Astiz, 59 ans aujourd'hui, est accusé d'avoir séquestré et torturé des dizaines d'opposants politiques durant la dictature argentine entre 1976 et 1983.

Grâce aux lois d'impunité et autres pardons accordés aux militaires, il vivait en liberté… Au grand dam des associations de défense des droits de l'Homme qui ont manifesté quotidiennement pour son emprisonnement durant des années.

Le scandale aurait pu continuer. Mais, en 2003, l'Argentine annule les lois dites "Obediencia Debida" et "Punto Final" qui avaient permis d'arrêter les procédures engagées au début des années 1980, et déclare imprescriptibles les crimes contre l'humanité. Depuis, Alfredo Astiz attend, avec d'autres ex-militaires, son jugement en prison.

En France, en 1990, Astiz a déjà été condamné par contumace pour le meurtre de deux religieuses françaises. Verdict : réclusion à perpétuité. Plus de 30 ans après les faits, celui qui fut longtemps un symbole de l'impunité des militaires doit répondre à la justice de son pays.
 

Par Antoine RAUX

COMMENTAIRE(S)

Les archives

05/02/2016 États-Unis

La Californie en première ligne pour la reconnaissance des enfants transgenres

C'est un sujet relativement tabou en France mais actuellement sous le feu des projecteurs aux États-Unis : la situation des enfants transgenres. Jusqu'à présent, la question se...

En savoir plus

04/02/2016 Liban

Au Liban, beaucoup de réfugiés syriens basculent dans la clandestinité

Le Liban accueille plus d'un million de réfugiés syriens, soit un réfugié pour quatre habitants, ce qui représente la plus forte densité au monde.

En savoir plus

03/02/2016 Belgique

En Belgique, la commune de Molenbeek veut changer d'image

Au lendemain des attentats de Paris, la commune populaire de Molenbeek, dans la banlieue de Bruxelles, en Belgique, a été pointée du doigt. Au fil des jours, l'enquête a confirmé...

En savoir plus

22/01/2016 Chine

Chômage des jeunes Chinois : la poudrière des diplômés ?

Alors que l'économie ralentit et que les mouvements sociaux se multiplient, la Chine doit faire face à un autre phénomène inquiétant : les jeunes Chinois diplômés ont de plus en...

En savoir plus

02/02/2016 Inde

Inde : la fin du commerce des mères porteuses

Fin octobre 2015, le gouvernement indien a annoncé qu'il comptait interdire aux étrangers la possibilité d'utiliser les services de Gestation pour autrui (GPA) de femmes...

En savoir plus