Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Sénégal : les étudiants en colère

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Trump - Kim : rupture prononcée, paix envolée ?

En savoir plus

POLITIQUE

"Un personnage de roman" : Philippe Besson a suivi Macron pendant la campagne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Zabou Breitman, maîtresse de cérémonie de la 30e Nuit des Molières

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ministre rwandaise des Affaires étrangères : "Paris et Kigali ont pris un nouveau départ"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Le football américain s'agenouille devant Trump"

En savoir plus

L’invité du jour

Barthélémy Toguo : "Il n’y a pas assez de musées en Afrique"

En savoir plus

FOCUS

Vietnam : à l'école des futures stars du football

En savoir plus

L'INFO ÉCO

VivaTech : Paris, capitale des start-ups pendant 3 jours

En savoir plus

FOCUS

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

Dernière modification : 11/12/2009

Alfredo Astiz, "l'ange blond de la mort", sur le banc de accusés

Ce vendredi s'ouvre à Buenos Aires le procès d'Alfredo Astiz pour crimes contre l'humanité. Cet ancien officier de la marine, surnommé "l'ange blond de la mort", est accusé d'être un des pires tortionnaires de la dictature argentine (1976-1983).

Les invités de ce Focus sont Antoine Raux, notre correspondant à Buenos Aires, et Tristan Mendès-France, auteur de "Gueule d’ange" (éditions Favre, 2003) et réalisateur d’un documentaire sur Alfredo Astiz.

 

 

Il s'est lui même défini comme la "meilleure machine à tuer un homme politique ou un journaliste", rappelle Horacio Mendez Carreras, avocat des disparus français en Argentine. Et pourtant, il est longtemps passé à travers les filets de la justice argentine. Le capitaine Alfredo Astiz, 59 ans aujourd'hui, est accusé d'avoir séquestré et torturé des dizaines d'opposants politiques durant la dictature argentine entre 1976 et 1983.

Grâce aux lois d'impunité et autres pardons accordés aux militaires, il vivait en liberté… Au grand dam des associations de défense des droits de l'Homme qui ont manifesté quotidiennement pour son emprisonnement durant des années.

Le scandale aurait pu continuer. Mais, en 2003, l'Argentine annule les lois dites "Obediencia Debida" et "Punto Final" qui avaient permis d'arrêter les procédures engagées au début des années 1980, et déclare imprescriptibles les crimes contre l'humanité. Depuis, Alfredo Astiz attend, avec d'autres ex-militaires, son jugement en prison.

En France, en 1990, Astiz a déjà été condamné par contumace pour le meurtre de deux religieuses françaises. Verdict : réclusion à perpétuité. Plus de 30 ans après les faits, celui qui fut longtemps un symbole de l'impunité des militaires doit répondre à la justice de son pays.
 

Par Antoine RAUX

COMMENTAIRE(S)

Les archives

24/05/2018 Vietnam

Vietnam : à l'école des futures stars du football

Au Vietnam, dans la région rurale de Pleiku, l'académie Jean-Marc Guillou forme des jeunes pour réaliser le rêve de tout un peuple : participer à une Coupe du monde. Cette école...

En savoir plus

23/05/2018 Philippines

Le divorce bientôt légal aux Philippines ?

En dehors du Vatican, les Philippines sont le seul pays au monde à interdire le divorce. En début d’année, les députés de l'archipel ont adopté un projet de loi prévoyant de le...

En savoir plus

22/05/2018 France

France : les nouveaux partis politiques sur les bancs de l'école

Formations en management politique pour la République en Marche, cours magistraux sur le système médiatique pour la France Insoumise : depuis quelques mois, les partis politiques...

En savoir plus

21/05/2018 Daniel Ortega

Nicaragua : face au président Ortega, la colère des étudiants

Depuis un mois, le Nicaragua est traversé par une série de manifestations inédites. De 30 au début, les opposants sont désormais des dizaines de milliers à réclamer, aux quatre...

En savoir plus

18/05/2018 Finlande

Finlande : dans les prisons ouvertes, surveiller (un peu) et réinsérer (beaucoup)

À l'inverse de plusieurs pays où la prison est plutôt synonyme de récidive que de réinsertion, la Finlande conduit depuis des années une expérience assez concluante en termes de...

En savoir plus