Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un président en campagne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Année noire pour le tourisme en Turquie

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Après neuf ans de travaux, le canal de Panama prêt à accueillir des navires géants

En savoir plus

LE DÉBAT

Sommet européen : les Vingt-Sept préparent l'après-Brexit (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Sommet européen : les Vingt-Sept préparent l'après-Brexit (partie 1)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Erdogan et l'effet boomerang"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les électeurs britanniques ne sont pas tous des vieux cons racistes"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#PrayForIstanbul : le spectre de Daech

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Mali, 2 500 hommes vont renforcer le contingent de la mission de l'ONU

En savoir plus

EUROPE

L'UE vise 7,2  milliards d'euros d'aides aux pays pauvres

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/12/2009

Les pays européens se sont mis d'accord pour verser une aide de 7,2 milliards d'euros sur trois ans aux pays les plus pauvres et devraient, selon le président français Nicolas Sarkozy, proposer une réduction de 30 % des émissions de CO2 d'ici 2020.

AFP - Le premier projet officiel d'accord mondial sur le climat, présenté vendredi à Copenhague au moment où l'UE a annoncé une aide de 7,2 milliards d'euros sur trois ans aux plus pauvres, prévoit de limiter la hausse de la température de la planète à 1,5°C ou 2°C sans trancher entre ces deux options.

Ce texte de sept pages, daté de vendredi 8h30 et dont l'AFP a obtenu copie, servira désormais de base aux discussions et sera encore âprement négocié entre ministres puis chefs d'Etat.

Un webdocumentaire FRANCE 24 - RFI

"Les parties doivent coopérer pour éviter un changement climatique dangereux (...) en reconnaissant que la hausse de le température moyenne globale par rapport aux niveaux pré-industriels ne doit pas dépasser (2°C) (1,5°C)", indique ce document qui émane du groupe de travail placé sous l'égide de la Convention des Nations unies sur les changements climatiques et dirigé par le Maltais Michael Zammit Cutajar.

"C'est un grand pas avant, nous avons maintenant un texte sur lequel nous pouvons tous nous concentrer", a réagi Kaisa Kosonen de Greenpeace, tout en soulignant que de nombreux arbitrages restaient à faire.

"Le texte a de nombreux lacunes, met en lumière les désaccords mais montre aussi clairement qu'un accord est possible", a estimé Kim Carstensen, du WWF.

Le texte appelle les pays industrialisés à ouvrir une deuxième période d'engagement du protocole de Kyoto, de 2013 à 2020, répondant ainsi à une exigence forte des pays en développement.

La formulation est plus vague pour les Etats-Unis, non partie à Kyoto, dont les engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre seraient listés en annexe de l'accord.

De même, le texte ne fixe pas de date à laquelle les émissions mondiales devraient cesser d'aumgmenter et se contente de souhaiter ce pic "le plus tôt possible".

Le G8 et les principales économies de la planète s'étaient accordés en juillet à L'Aquila (Italie) pour limiter le réchauffement à 2°C au dessus des niveaux pré-industriels.

Mais à l'initiative des petits Etats insulaires, particulièrement menacés par la hausse du niveau des océans, une centaine de pays en développement militent pour une limite à 1,5°C, ce qui supposerait de réduire les émissions mondiales de gaz à effet de serre de 85% d'ici 2050 par rapport à 1990.

"Il nous sera absolument impossible d'accepter un accord qui nous conduirait vers un réchauffement supérieur à 1,5°C", assure Collin Beck, chef de la délégation des Iles Salomon (Pacifique). "Ce que nous négocions ici c'est notre survie. Certains d'entre nous assistent déjà à l'exode de leur population", ajoute Antonio Lima, son homologue du Cap Vert.

L'Alliance des petits Etats insulaires (AOSIS, 43 membres) a d'ailleurs présenté dans la nuit son propre texte, articulé autour de cette ambition forte.

Enfin sur la question des financements, celle qui génère les plus grandes frustrations, le document ne s'avance pas à ce stade sur les montants et architecture.

Il inscrit en revanche un mécanisme immédiat (fast start) d'aide aux plus pauvres pour 2010-2012.

Sur ce point, les pays de l'UE, réunis en sommet à Bruxelles, ont décidé vendredi de verser une aide de 7,2 milliards d'euros sur trois ans.

Le président français Nicolas Sarkozy a par ailleurs confirmé que l'UE pourrait "mettre sur la table" une réduction de 30% de ses émissions de CO2 en 2020 (par rapport à 1990) si les autres grands pays font des offres comparables.

A l'extérieur du Bella Center où s'agitent déjà plus de 15.000 délégués, ONG et médias, la police de Copenhague est sur les dents, à la veille de la méga-manifestation organisées par plus de 500 organisations internationales.

Les manifestants sont attendus en bus et trains spéciaux venant de grandes villes allemandes (Berlin, Kiel, Brême), anglaises (Londres, Leeds), d'Amsterdam, Milan et autres. Le contrôle aux frontières a été ré-instauré et les "individus suspects" refoulés, a indiqué Flemming Steen Munch, porte-parole de la police de Copenhague.

Première publication : 11/12/2009

COMMENTAIRE(S)