Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : Alpha Condé s'exprime sur le retour avorté de Dadis Camara a Conakry

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise des migrants, l'Europe peine à trouver des solutions viables

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentat déjoué du Thalys, la sécurité dans les transports au coeur du débat

En savoir plus

TECH 24

Eau High-tech

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

L'Assemblée Nationale, cœur de la démocratie française

En savoir plus

#ActuElles

L'organisation de l'État islamique et sa "théologie du viol"

En savoir plus

FOCUS

Nouvelle-Orléans : dix ans après le cyclone Katrina, le traumatisme demeure

En savoir plus

REPORTERS

Avec les soldats de l'opération Barkhane, au cœur de la lutte anti-terroriste au Sahel

En savoir plus

BILLET RETOUR

Proche-Orient : Jénine, la renaissance fragile

En savoir plus

Moyen-orient

En dépit du moratoire, Israël accorde de nouvelles subventions aux colons

Vidéo par Marc DE CHALVRON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/12/2009

Malgré le moratoire sur la colonisation qu'il a annoncé en novembre, le gouvernement israélien a voté une rallonge de 30 millions de dollars pour financer la construction de 3 000 logements dans des colonies juives des territoires occupés.

REUTERS - Le gouvernement israélien a voté dimanche l’octroi de subventions supplémentaires aux colonies de peuplement juives en territoire palestinien occupé, en dépit du moratoire partiel décrété le mois dernier sur les nouvelles constructions.

Ces mesures s’inscrivent dans le cadre d’un plan global de 530 millions de dollars pour améliorer les écoles et les infrastructures, et doper les emplois, y compris dans les zones d’Israël habitées par des Arabes.

Sur ce total, 30 millions de dollars seront attribués à une centaine de colonies de peuplement juives, indépendamment du moratoire de dix mois sur la construction de nouveaux logements décrété le mois dernier par le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Cette allocation vise à calmer la colère des colons devant ce gel provisoire et partiel de la colonisation qu’ils jugent gratuit et unilatéral, mais que Netanyahu présente comme devant favoriser une reprise des négociations de paix avec les Palestiniens.

Le ministre des Finances Yuval Steinitz, un proche allié de Netanyahu au sein du Likoud, a déclaré à Radio Israël que ces fonds supplémentaires pour les colonies visaient à montrer à leurs habitants qu’Israël les soutenait toujours.

"Un crime particulièrement sérieux"

Des milliers de colons et de sympathisants ont manifesté mercredi soir à Jérusalem sous les fenêtres de la résidence officielle de Netanyahu, pour protester contre le moratoire, qui ne concerne ni les constructions en cours en Cisjordanie, ni les nouvelles habitations à Jérusalem-Est.

Benjamin Begin, fils de l’ancien Premier ministre Menahem Begin et membre du gouvernement de Netanyahu, a déclaré vendredi que la population des colonies juives de Cisjordanie pourrait augmenter de 10.000 personnes dans l’année à venir.

Selon Begin, ministre sans portefeuille et membre de l’aile droite du Likoud, le moratoire sera « pénible » mais n’équivaut pas à un « gel » des constructions dans le sens communément accepté du terme.

Il a souligné que, non concernées par le moratoire, la construction en cours de 3.000 nouveaux logements serait menée à terme et que 10.000 nouveaux colons y emménageraient.

Pourtant, pour protester contre le moratoire, des colons extrémistes ont attaqué une mosquée du village de Kfar Yassouf, près de Naplouse, y brûlant un tapis et des exemplaires du Coran.

Benjamin Netanyahu a condamné cette action, la présentant comme un « crime particulièrement sérieux », et annoncé qu’il avait donné des consignes pour en retrouver les auteurs.

Pour sa part, le ministre travailliste de la Défense, Ehud Barak, un des cinq ministres qui n’a pas voté pour le plan, a justifié son attitude par le souci de ne pas encourager « l’extrémisme » de ces colons.

Première publication : 13/12/2009

COMMENTAIRE(S)