Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Père Noël habite en Chine"

En savoir plus

Asie - pacifique

Attentat meurtrier sur un marché d'une ville du centre du pays

Vidéo par Matthieu MABIN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/12/2009

L'explosion d'une voiture piégée sur un marché de Dera Ghazi Khan (centre) a provoqué la mort d'au moins 27 personnes et blessé 53 autres, selon des sources locales. L'attentat s'est produit non loin du domicile du ministre provincial.

AFP - Au moins vingt-sept personnes ont été tuées et plus d'une cinquantaine blessées dans l'explosion mardi d'une voiture piégée sur un marché animé de la ville de Dera Ghazi Khan, dans le centre du Pakistan, a-t-on appris auprès d'un responsable local.

"Le dernier bilan est de 27 morts et 53 blessés", a déclaré à l'AFP le chef de l'administration de la ville, Hassan Iqbal. "Il s'agissait d'un attaque-suicide", a-t-il ajouté.

Quarante-six personnes ont été hospitalisées sur place tandis que sept blessés graves ont été évacués par hélicoptère sur un hôpital de Multan (à environ 100 km de Dera Ghazi Khan), a précisé le responsable.

"Nous avons retrouvé des membres du corps du kamikaze dans la voiture, notamment un pied et une main", a-t-il ajouté, précisant que la fouille des décombres de l'explosion était maintenant terminée.

Il avait auparavant indiqué que plusieurs personnes étaient prisonnières des décombres, craignant que le bilan - alors de 20 morts - ne s'alourdisse.

"Il s'agit d'un acte terroriste, semblable à ceux qui ont été perpétrés dans d'autres régions du pays", a-t-il souligné.

Mubarak Ali, le chef de la police locale, avait auparavant déclaré aux journalistes qu'"une puissante explosion avait éclaté au milieu du marché Khosa, le plus fréquenté de la ville". Il avait précisé que plusieurs échoppes avaient été détruites et qu'une mosquée était sérieusement endommagée.

"Nous avons déclaré un état d'urgence, l'hôpital de la ville est submergé par les habitants venus à la recherche de proches", a pour sa part déclaré le chef du service de santé de Dera Ghazi Khan, le Dr Pervez Haider Altaf.

Selon des témoins joints depuis Multan, l'explosion a creusé un cratère et les toits de plusieurs échoppes se sont effondrés, plongeant le marché dans un nuage de fumée et de poussière. Des habitants ont rejoint spontanément les équipes de secours tandis que des grues tentaient de dégager les débris.

Cet attentat dans la ville de Dera Ghazi Khan, située à 500 km au sud-ouest d'Islamabad, non loin de la région frontalière avec l'Afghanistan où l'armée combat les talibans alliés à Al-Qaïda, est le dernier d'une série d'attaques sanglantes ces dernières semaines au Pakistan.

La semaine dernières, quatre attentats en 24 heures avaient fait au moins 66 morts dans l'est du pays.

Au moins sept personnes avaient été tuées mardi dernier et 47 blessées dans un attentat suicide près de bâtiments de l'armée à Multan (est), au lendemain de trois attentats ayant fait 59 morts, dont deux quasi simultanés sur un marché bondé de Lahore (est), capitale de la province du Penjab.

Ces attaques meurtrières n'ont pas été revendiquées, mais la grande majorité des attentats qui ont fait près de 2.700 morts dans le pays depuis l'été 2007 ont été perpétrés par le Mouvement des talibans du Pakistan (TTP), qui a fait allégeance à Al-Qaïda, ou par des groupes alliés.

Le rythme de ces attaques, suicide pour la plupart, s'est considérablement intensifié en un mois et demi, depuis que l'armée a déclenché une vaste offensive contre les talibans.

Première publication : 15/12/2009

COMMENTAIRE(S)