Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Économie britannique : George Osborne tente de rassurer

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"En fait, on ne voulait pas vraiment dire 'partir'"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Pour une Europe du peuple"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

Planète

Copenhague est un "moment déterminant dans l'Histoire", estime Ban Ki-moon

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 15/12/2009

Invité à s'exprimer au sommet de Copenhague, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, s'est attaché à rappeler la nécessité de trouver un accord mondial qui inaugurerait "une nouvelle ère de développement propre et de croissance verte pour tous".

AFP - Le sommet de Copenhague qui vise à conclure vendredi un accord mondial contre le réchauffement climatique constitue un "moment déterminant dans l'histoire", a estimé mardi à Copenhague le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon.

M. Ban a appelé à un accord "qui réduise les émissions de gaz à effet de serre, protège les plus vulnérables et qui ouvre une nouvelle ère de développement propre et de croissance verte pour tous".

Le financement constituera "l'élément-clé" de cet accord pour "venir en aide aux pays les plus vulnérables", a poursuivi M. Ban devant la session ministérielle de la conférence sur le climat de l'ONU.

Le secrétaire général a salué "l'émergence d'un consensus entre pays développés pour apporter environ 10 milliards de dollars par an, pendant trois ans" au titre de l'aide immédiate à l'adaptation des pays les plus vulnérables aux impacts du réchauffement.

"Avec cet argent, nous pourrons réellement obtenir des résultats, renforcer les capacités de récupération, limiter la déforestation, et enclencher une croissance faiblement émettrice", a-t-il poursuivi.

Par ailleurs, M. Ban a souligné que "plus cet accord serait fort, plus vite il serait transformé en traité légalement contraignant".

Un webdocumentaire FRANCE 24 - RFI

"Jusqu'à ce que nous ayons un tel accord (contraignant), le Protocole de Kyoto reste le seul instrument légalement contraignant qui scelle les engagements de réduction" d'émissions de gaz à effet de serre, a-t-il insisté.

La première période d'engagement de Kyoto expire en 2012. Les pays en développement attendent des pays industrialisés qu'ils s'engagent d'ici à vendredi à la proroger.

Première publication : 15/12/2009

  • SOMMET DE COPENHAGUE

    Ban Ki-moon presse les négociateurs à "redoubler d'efforts"

    En savoir plus

  • SOMMET DE COPENHAGUE

    Jour 8 : Les pays africains veulent se faire entendre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)