Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MARDI POLITIQUE

Rebsamen : "Un président sortant ne doit pas se soumettre à une primaire"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Rebsamen : "La clé, c'est avoir un seul candidat de la gauche"

En savoir plus

FOCUS

Corée du Sud : la rue en passe de faire chuter la présidente Park Geung-Hye

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jean-Michel Jarre : "L’électro européenne a envahi le monde"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Corée du Sud : les "chaebols" sous le feu des questions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Leçon de diplomatie chinoise pour le néophyte Donald Trump"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux de Manuel Valls"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls est-il capable de rassembler les socialistes ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'organisation EI perd la ville de Syrte, son fief en Libye

En savoir plus

Planète

Copenhague est un "moment déterminant dans l'Histoire", estime Ban Ki-moon

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 15/12/2009

Invité à s'exprimer au sommet de Copenhague, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, s'est attaché à rappeler la nécessité de trouver un accord mondial qui inaugurerait "une nouvelle ère de développement propre et de croissance verte pour tous".

AFP - Le sommet de Copenhague qui vise à conclure vendredi un accord mondial contre le réchauffement climatique constitue un "moment déterminant dans l'histoire", a estimé mardi à Copenhague le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon.

M. Ban a appelé à un accord "qui réduise les émissions de gaz à effet de serre, protège les plus vulnérables et qui ouvre une nouvelle ère de développement propre et de croissance verte pour tous".

Le financement constituera "l'élément-clé" de cet accord pour "venir en aide aux pays les plus vulnérables", a poursuivi M. Ban devant la session ministérielle de la conférence sur le climat de l'ONU.

Le secrétaire général a salué "l'émergence d'un consensus entre pays développés pour apporter environ 10 milliards de dollars par an, pendant trois ans" au titre de l'aide immédiate à l'adaptation des pays les plus vulnérables aux impacts du réchauffement.

"Avec cet argent, nous pourrons réellement obtenir des résultats, renforcer les capacités de récupération, limiter la déforestation, et enclencher une croissance faiblement émettrice", a-t-il poursuivi.

Par ailleurs, M. Ban a souligné que "plus cet accord serait fort, plus vite il serait transformé en traité légalement contraignant".

Un webdocumentaire FRANCE 24 - RFI

"Jusqu'à ce que nous ayons un tel accord (contraignant), le Protocole de Kyoto reste le seul instrument légalement contraignant qui scelle les engagements de réduction" d'émissions de gaz à effet de serre, a-t-il insisté.

La première période d'engagement de Kyoto expire en 2012. Les pays en développement attendent des pays industrialisés qu'ils s'engagent d'ici à vendredi à la proroger.

Première publication : 15/12/2009

  • SOMMET DE COPENHAGUE

    Ban Ki-moon presse les négociateurs à "redoubler d'efforts"

    En savoir plus

  • SOMMET DE COPENHAGUE

    Jour 8 : Les pays africains veulent se faire entendre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)