Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Angela Merkel, le camouflet"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : retenu par l'armée Robert Mugabe préside tout de même une cérémonie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le baiser imposé d'Al Franken

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

COP 23 en Allemagne : une occasion manquée ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise au Liban : La France à la manoeuvre

En savoir plus

TECH 24

Quoi de neuf, e-docteur ?

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Taux directeur : le diapason du système bancaire

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Afrique - Chine : le piège de la dépendance ?

En savoir plus

#ActuElles

Consentement sexuel des mineur(e)s : quel âge minimum ?

En savoir plus

Planète

La présidente de la conférence sur le climat, Connie Hedegaard, démissionne

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/12/2009

La ministre danoise invoque des raisons protocolaires. Les pays en voie de développement l'avaient toutefois fortement critiquée. Le Premier ministre danois la remplace à son poste.

AFP - Le Premier ministre danois Lars Loekke Rasmussen a pris mercredi la présidence de la conférence climat de l'ONU à Copenhague en remplacement de Connie Hedegaard, chargée des consultations informelles pour boucler l'accord contre le réchauffement.

Cette disposition technique a été annoncée en séance plénière par le secrétaire

Un webdocumentaire FRANCE 24 - RFI

exécutif de la Convention de l'ONU sur les changements climatiques, Yvo de Boer.

Les chefs d'Etat ou de gouvernement prennent couramment la main dans les dernières heures des conférences.

Mme Hedegaard, qui va désormais se consacrer exclusivement aux consultations informelles des ministres pour aboutir à un accord, vendredi, a cependant été plusieurs fois vivement critiquée pour son mode de gestion des travaux, notamment par les pays en développement.

Ceux-ci lui ont reproché notamment un "manque de transparence" pour avoir organisé dès le week-end dernier des réunions ministérielles restreintes alors que la plupart des ministres n'étaient pas encore arrivés.

"On assiste à un télescopage entre l'envie de la présidente d'avancer et le rythme très formel de l'ONU. Les pays en développement craignant toujours le coup de force des pays industrialisés, tout cela entraîne beaucoup de tensions", indiquait mercredi matin l'ambassadeur de France pour le climat, Brice Lalonde.

Première publication : 16/12/2009

  • SOMMET DE COPENHAGUE

    Ban Ki-moon presse les négociateurs à "redoubler d'efforts"

    En savoir plus

  • SOMMET DE COPENHAGUE

    Les pays du Sud tentent de peser sur les négociations

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)