Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vol AH 5017 : l'équipage aurait changé de direction à cause de la météo

En savoir plus

TECH 24

Objets : tous connectés !

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

FOCUS

Ces réfugiés syriens dont de nombreux Turcs ne veulent plus

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Paris fête l'été !

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Crash du vol AH5017 : "Série Noire"

En savoir plus

  • En images : la zone du crash du vol AH5017 au Mali

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : des enquêteurs français attendus samedi au Mali

    En savoir plus

  • L’essor du tourisme "100 % halal"

    En savoir plus

  • Une manifestation pro-palestinienne prévue samedi à Paris interdite

    En savoir plus

  • Un soldat libanais rejoint le Front Al-Nosra

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "J'ai perdu mon jeune frère et toute sa famille"

    En savoir plus

  • Tour de France : Navardauskas décroche une première victoire pour la Lituanie

    En savoir plus

  • Didier Drogba officialise son retour à Chelsea

    En savoir plus

  • Cinq Palestiniens tués lors du "Jour de colère" en Cisjordanie

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • En Ukraine, le conflit militaire se double d'une crise politique

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

FRANCE

Pour Sarkozy, l'expulsion d'immigrés afghans ne pose pas de problème légal

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/12/2009

Nicolas Sarkozy a indiqué qu'il ne voyait "pas de problème" à expulser des réfugiés afghans ne souhaitant pas "rester en France". Le chef de l'État a par ailleurs assuré que leur retour s'effectuera "dans une zone de paix".

AFP - Nicolas Sarkozy a indiqué qu'il ne voyait "pas de problème" à expulser vers leur pays d'origine des réfugiés afghans qui ""ne veulent pas rester en France", assurant qu'il n'avait fait "que respecter la loi", mercredi soir sur Canal +.

"Franchement, ramener un Afghan en Afghanistan alors qu'il ne veut pas rester en France, en accord avec la Cour européenne des droits de l'Homme et en accord avec un gouvernement de gauche européen, où est le problème ?", a demandé M. Sarkozy interrogé sur l'expulsion mardi de neuf Afghans.

"Si un Afghan fait une demande pour rester en France, on peut regarder naturellement. Mais là ils veulent passer en Angleterre. Donc on a pris la décision d'appliquer la loi et c'est ce qu'on attend du président de la République", a ajouté le chef de l'Etat, précisant que cette loi était "parfaitement respectueuse du droit des gens".

"Qu'est-ce qu'on fait des Afghans, des Irakiens, des gens qui sont ici qui ne veulent même pas vivre chez nous ? Si ceux qui n'ont pas de papier restent en France, alors qu'ils ne veulent même pas rester en France, qu'est-ce qu'on en fait ?", a-t-il insisté.

Le chef de l'Etat a rappelé que le retour des réfugiés afghans avait été organisé avec les autorités britanniques, qui sont "confrontées au même problème", et avec l'accord de la Commission européenne des droits de l'Homme et des autorités afghanes.

"Naturellement, on ne ramène pas les Afghans en Afghanistan dans une zone de combat. On les ramène dans une zone de paix", a également souligné Nicolas Sarkozy. "Je vous rappelle qu'il y a eu des élections en Afghanistan, on a 4.000 soldats français qui sont là-bas pour justement que les Afghans puissent développer l'Afghanistan", a-t-il ajouté.

"Si un de ces Afghans avait déposé un dossier de réfugié politique, naturellement l'Ofpra (Office français pour la protection des réfugiés et apatrides) aurait analysé son dossier. Et si c'était un réfugié politique, on l'aurait accepté", a assuré le président.

Il en a profité pour redire son opposition à toute régularisation massive des sans-papiers, estimant que "cette politique a toujours échoué".

"Je suis un peu triste d'ailleurs de voir que certains responsables politiques demandent qu'on distribue des papiers à tous les sans-papiers. Parce qu'en faisant ça, on fait quoi ? On favorise qui ? Les trafiquants, ceux qui amènent des malheureux en France en leur faisant croire qu'un jour on les légalisera et qu'ils auront des papiers", a-t-il conclu. Neuf Afghans ont été expulsés mardi de France, suscitant de nombreuses protestations dans les rangs de l'opposition et des associations.

Première publication : 17/12/2009

  • FRANCE

    Kaboul pourrait entraver la nouvelle expulsion de réfugiés afghans

    En savoir plus

  • FRANCE

    Éric Besson se décide à confirmer l'expulsion des neuf Afghans

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)