Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : croissance, inflation... Tableau noir pour l'exécutif?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Ce qu'il faut retenir de la vidéo de la décapitation de James Foley par l'EI

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • La Fifa interdit au FC Barcelone de recruter

    En savoir plus

  • Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

Planète

Nicolas Sarkozy demande l'organisation d'une réunion d'urgence

Vidéo par Achren VERDIAN

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 17/12/2009

Craignant que le sommet de Copenhague n'aille "à la catastrophe", le président français a demandé la tenue, dès ce jeudi soir, d'une réunion de travail des principaux dirigeants pour parvenir à un accord final sur le réchauffement climatique.

Alors que les négociations semblent plus que jamais dans l’impasse à moins de 48 heures de la fin du sommet de Copenhague sur le climat, une centaine de chefs d’Etat et de gouvernement se sont retrouvés, ce jeudi, dans la capitale danoise pour tenter de donner une dernière chance au processus.

"Nous allons droit à la catastrophe"

A la tribune du Bella Center, le président français, Nicolas Sarkozy, a affirmé que le sommet allait "à la catastrophe" et a demandé un "changement de braquet". "La conférence de Copenhague ne peut pas consister en une succession de discours qui ne se confrontent jamais. Nous ne sommes pas ici pour un colloque sur le réchauffement climatique, nous sommes ici pour prendre des décisions", a-t-il martelé.

Pour hâter les choses, le numéro un français a réclamé l'organisation d'une réunion dès ce jeudi soir, après le dîner des chefs d'Etat, chez la reine du Danemark. Objectif : "discuter sérieusement" et "trouver un texte de compromis" d'ici à vendredi pour lutter contre le réchauffement climatique. 

Prenant à contre-pied l’Union européenne (UE), Nicolas Sarkozy a proposé de maintenir le protocole de Kyoto. "Les gens veulent garder Kyoto. Très bien, gardons Kyoto. Mais trouvons quelque chose qui concerne tout le monde," a-t-il demandé.

L’UE souhaite que les discussions débouchent sur un nouveau traité qui remplacerait celui de Kyoto. De fait, ce dernier ne concerne que les 38 pays industrialisés, dont l'Union européenne, qui l'ont ratifié.

"Les dés ne sont pas jetés"
Washington promet de contribuer à un fonds en cas d'accord

Plus tôt dans la journée, d’autres leaders mondiaux avaient, eux aussi, ouvertement exprimé leurs inquiétudes face aux blocages menaçant l'accord contre le réchauffement de la planète que près de 120 chefs d'Etat et de gouvernement doivent adopter vendredi.

La secrétaire d’État américaine, Hillary Clinton, s'engage sur une participation financière de son pays à une enveloppe globale de 100 milliards de dollars par an d'ici 2020 pour lutter contre le réchauffement.

Mais, précise Jennifer Knock, l'envoyée spéciale de FRANCE 24 à Copenhague, "Hillary Clinton n’a pas précisé quelle serait l’exacte contribution des Etats-Unis au 100 milliards". "Malgré tout, commente la journaliste, cette annonce est très positive."

La Chine en ligne de mire

La secrétaire d'État américaine a toutefois subordonnée cette contribution à "un accord dans lequel toutes les principales économies engagent des actions significatives de réductions des émissions de gaz à effet de serre", avec des engagements de transparence sur leur mise en œuvre.

Hillary Clinton accuse les grandes économies émergentes de faire "marche arrière" sur l'adoption de mécanismes permettant de vérifier et de contrôler les efforts mis en œuvre pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. 

Un webdocumentaire FRANCE 24 - RFI

Les Etats-Unis sont soucieux de pouvoir vérifier, mesurer et contrôler les efforts engagés notamment par la Chine contre le changement climatique.

Les délégués de 193 pays sont désormais saisis de deux textes rédigés par les responsables des Nations unies, portant sur les engagements à venir au titre de la Convention climat de l'ONU et sur l'ouverture d'une deuxième phase du protocole de Kyoto, à partir de 2013.

Première publication : 17/12/2009

  • SOMMET DE COPENHAGUE

    Washington promet de contribuer à un fonds en cas d'accord

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)