Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Pascal Terrasse : "Il n'y a pas de raison d'interdire Uber!"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le Nikkei enregistre sa pire semaine depuis la crise de 2008

En savoir plus

LE DÉBAT

Procès d'Hissène Habré : perpétuité requise pour l'ancien président tchadien

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La Havane, terre d'œcuménisme"

En savoir plus

LE DÉBAT

Remaniement ministériel : un nouvel équilibre politique ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un remaniement pour rien?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : à Bambari, symbole de la division, le candidat Dologuele rencontre un chef de guerre

En savoir plus

POLITIQUE

Stéphane Rozès : "Le texte sur la réforme constitutionnelle est assez alambiqué pour recueillir l’adhésion de tous"

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Louis Bourlanges : "Le but de François Hollande est de déshabiller la gauche de la gauche"

En savoir plus

Planète

Washington promet de contribuer à un fonds en cas d'accord

Vidéo par Jennifer KNOCK

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 17/12/2009

À Copenhague, Hillary Clinton annonce que les États-Unis contribueront à une enveloppe globale de 100 milliards de dollars, à condition que les pays émergents s'engagent à plus de transparence. Un message destiné aux Chinois.

Alors que les négociations semblent plus que jamais dans l’impasse à moins de 48 heures de la fin de la conférence de Copenhague sur le climat, Washington précise ses positions.

"Les dés ne sont pas jetés"

La secrétaire d’État américaine, Hillary Clinton, s'engage sur une participation financière de son pays à une enveloppe globale de 100 milliards de dollars par an d'ici 2020 pour lutter contre le réchauffement.

Mais, précise Jennifer Knock, l'envoyée spéciale de FRANCE 24 à Copenhague, "Hillary Clinton n’a pas précisé quelle serait l’exacte contribution des Etats-Unis au 100 milliards". "Malgré tout, commente la journaliste, cette annonce est très positive."

La Chine en ligne de mire

La secrétaire d'État américaine a toutefois subordonnée cette contribution à "un accord dans lequel toutes les principales économies engagent des actions significatives de réductions des émissions de gaz à effet de serre", avec des engagements de transparence sur leur mise en œuvre.

Hillary Clinton accuse les grandes économies émergentes de faire "marche arrière" sur l'adoption de mécanismes permettant de vérifier et de contrôler les efforts mis en œuvre pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Les Etats-Unis sont soucieux de pouvoir vérifier, mesurer et contrôler les efforts engagés notamment par la Chine contre le changement climatique.

Les délégués de 193 pays sont désormais saisis de deux textes rédigés par les responsables des Nations unies, portant sur les engagements à venir au titre de la Convention climat de l'ONU et sur l'ouverture d'une deuxième phase du protocole de Kyoto, à partir de 2013.

Un webdocumentaire FRANCE 24 - RFI

Les contraintes du protocole de Kyoto ne concernent que les 38 pays industrialisés, dont l'Union européenne, qui l'ont ratifié.

Première publication : 17/12/2009

  • SOMMET DE COPENHAGUE

    Nicolas Sarkozy mise sur l'Afrique pour parvenir à un accord

    En savoir plus

  • SOMMET DE COPENHAGUE

    "Le réchauffement climatique pourrait causer 500 000 décès par an"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)