Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

FRANCE

Google condamné pour contrefaçon de droits d'auteur

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/12/2009

La justice française a interdit à Google de continuer la numérisation d'ouvrages sans l'autorisation des éditeurs. La société a été condamnée à verser 300 000 euros de dommages et intérêts aux éditions La Martinière.

AFP - Le tribunal de grande instance de Paris a interdit vendredi à Google de poursuivre la numérisation d'ouvrages sans l'autorisation des éditeurs, et a condamné le moteur de recherche américain à verser au groupe La Martinière 300.000 euros de dommages et intérêts.

A l'audience, Google avait contesté la compétence de la justice française sur le dossier - la numérisation des livres ayant eu lieu aux Etats-Unis -, et défendu le droit à l'information des utilisateurs.

Vendredi, la 3e chambre civile a estimé qu'elle avait tout à fait compétence à trancher ce litige.

Elle a aussi estimé qu'"en reproduisant intégralement et en rendant accessibles des extraits d'ouvrages" sans l'autorisation des ayants-droit, "la société Google a commis des actes de contrefaçon de droits d'auteur au préjudice des éditions" du groupe La Martinière, au premier rang desquelles les éditions du Seuil, ainsi qu'au préjudice du Syndicat national de l'édition (SNE) et de la Société des gens de lettres (SGDL).

A ce titre, le tribunal a "interdit à Google la poursuite de ces agissements sous astreinte de 10.000 euros par jour de retard".

Google a un mois pour se mettre en conformité. Il devra également faire publier sa condamnation dans trois journaux ou périodiques.

Par ailleurs, Google Inc. devra payer 300.000 euros de dommages et intérêts aux éditeurs concernés, propriété du groupe La Martinière, et un euro au SNE et à la SGDL. Le groupe La Martinière demandait 15 millions d'euros de dommages et intérêts.

Les éditeurs contestaient la décision de Google de lancer en 2005 un programme de numérisation de millions de livres provenant notamment de grandes bibliothèques américaines et européennes.

Constatant que Google avait numérisé, sans son autorisation, des centaines d'ouvrages accessibles sur "Google book search" ou "Google recherche de livres", et qu'il permettait aux internautes d'accéder à la reproduction complète des couvertures des ouvrages ainsi qu'à des extraits, le groupe La Martinière avait assigné le site en justice.

A l'audience, l'avocat de La Martinière, Me Yann Colin, avait jugé ce système "illégal, dangereux et dommageable aux éditeurs".

Alors que les éditeurs dénonçaient plus de 10.000 ouvrages contrefaits, vendredi, la 3e chambre, présidée par Véronique Renard, n'en a retenu que 300.

"La numérisation d'une oeuvre, technique consistant à scanner l'intégralité des ouvrages dans un format informatique donné, constitue une reproduction de l'oeuvre qui requiert en tant que telle, lorsque celle-ci est protégée, l'autorisation préalable de l'auteur ou de ses ayants-droit", selon le tribunal.

L'avocate de Google, Me Alexandra Neri, avait répondu que "Google recherche de livres n'est pas une bibliothèque, mais un outil de recherche documentaire", qui ne met en ligne que de brefs extraits des ouvrages relevant du droit de citation, pour lequel l'opérateur n'a pas à verser de droits aux auteurs.
 

Première publication : 18/12/2009

COMMENTAIRE(S)