Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: élection sous tension

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Veille de scrutin en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... : à J-1 du scrutin, le pays inquiet (Partie 1)

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

RDC : la ferme des anciens combattants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Xavier Dolan nous fait trembler !

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Marathon de Boston, un an après

En savoir plus

FOCUS

Les Algériens de France : un vote courtisé

En savoir plus

SUR LE NET

Le web au chevet des sinistrés de Valparaiso

En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Kiev impuissant face aux pro-Russes dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Qui en voulait au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • En images : près de 280 disparus après le naufrage d’un ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • Anelka affirme ne pas avoir accepté l’offre du club brésilien

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

A supprimer

New Delhi retire 30 000 soldats du Cachemire

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/12/2009

L'armée indienne a rappelé 30 000 de ses soldats déployés dans la partie indienne du Cachemire, sujette depuis 20 ans à une rébellion de la majorité musulmane. Il s'agit de l'un des plus importants retraits depuis 10 ans dans cette région.

AFP - L'armée indienne a annoncé vendredi qu'elle retirait 30.000 soldats du Cachemire, soit l'un des plus importants allègements de son dispositif militaire depuis dix ans, consécutif à une baisse notable de la violence dans la région disputée.

"Nous avons retiré deux divisions d'infanterie chargées des tâches de sécurité intérieure", a déclaré à New Delhi un porte-parole de l'armée, le colonel Om Sing, évaluant le nombre de soldats concernés à "environ 30.000".

Il s'agit là d'un des retraits les plus importants depuis 1999, quand l'Inde et le Pakistan s'étaient affrontés dans les hauteurs himalayennes durant six semaines d'une guerre non déclarée qui avait fait un millier de morts de part et d'autre.

La partie sous administration indienne du Cachemire est depuis 20 ans le théâtre d'une rébellion de la majorité musulmane contre la domination indienne, qui a fait plus de 47.000 morts.

Le colonel Singh a toutefois indiqué que le nombre de soldats déployés le long des 746 kilomètres de la "ligne de contrôle" --la frontière de facto entre le Cachemire sous contrôle indien et celui sous contrôle du Pakistan-- n'avait pas été réduit.

"Ils ne peuvent pas être enlevés (de la zone) parce qu'il s'agit d'un déploiement permanent", a-t-il déclaré, en se refusant à en préciser le nombre.

Les experts évaluent à environ 120.000 le nombre de soldats indiens stationnés le long de la ligne de contrôle, et à plusieurs centaines de milliers le déploiement militaire indien dans tout le Cachemire.

Les actes de violence y ont décliné depuis que l'Inde et le Pakistan ont entamé un processus de paix en 2004 et que le gouvernement indien a annoncé sa volonté de remettre la maîtrise des opérations sécuritaires de routine à la police.

Le différend territorial entre les deux pays, qui revendiquent tout deux la souveraineté sur le Cachemire, remonte à la partition de 1947.
 

Première publication : 18/12/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)