Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nigéria : de l’inquiétude à la colère

En savoir plus

LE DÉBAT

Etats-Unis : débat sur les armes : Une législation à redéfinir ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Etats-Unis : débat sur les armes : Une législation à redéfinir ? (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Rythme des réformes : Emmanuel Macron ne veut pas ralentir

En savoir plus

FOCUS

"La rue, c’est la jungle" : quels dispositifs pour les sans-abri ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Manu Payet, paré pour les César

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'antisèche de Trump pour être sympathique devant les survivants d'une fusillade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Air France : le tour de chauffe des syndicats

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La France craint un "cataclysme" en Syrie

En savoir plus

Planète

Obama demande des actes... sans revoir ses engagements

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/12/2009

Le président américain exhorte les chefs d'État et de gouvernement réunis à la conférence de l'ONU à signer un accord - même imparfait - pour lutter contre le réchauffement climatique. "Le temps des paroles est révolu", a-t-il lancé.

AFP - Le président américain Barack Obama a appelé vendredi à Copenhague les leaders de la planète à conclure un accord même "imparfait" pour lutter contre le réchauffement climatique.

"Nous n'avons plus beaucoup de temps", a prévenu M. Obama en séance plénière.

"A ce stade, la question est de savoir si nous avançons ensemble ou si nous nous déchirons, si nous préférons les postures à l'action", a-t-il ajouté.

"Je suis sûr que certains considèrent ça comme un cadre imparfait", a-t-il déclaré après avoir décrit les conditions possibles d'un accord discutées à Copenhague.

"Aucun pays ne pourra obtenir tout ce qu'il souhaite", a-t-il ajouté, appelant les leaders à faire des compromis.

"Ces discussions internationales ont lieu depuis près de deux décennies (...) Le temps des paroles est révolu", a-t-il lancé aux plus de 120 chefs d'Etat réunis en sommet.

"Nous pouvons adopter cet accord, faire un pas significatif en avant et continuer ensuite à l'améliorer en construisant sur cette base", a-t-il lancé aux plus de 120 chefs d'Etat réunis en sommet.

"Nous pouvons le faire, et tous ceux qui sont présents dans cette salle prendront part à une aventure historique, pour assurer une vie meilleure à nos enfants et nos petits-enfants".

Le président américain, dont le discours était très attendu, n'a pas fait d'annonce nouvelle concernant les engagements de son pays, que ce soit en termes de réduction d'émissions de gaz à effet de serre, d'aide financière pour les pays en développement, ou d'exigence de transparence vis-à-vis des grands pays émergents, au premier rang desquels la Chine.

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a annoncé jeudi que les Etats-Unis étaient prêts à contribuer à une enveloppe de 100 milliards de dollars par an d'ici 2020 dans le cadre d'un accord sur le climat à condition que les grands pays émergents fassent preuve de transparence.

Fin novembre, la Maison Blanche avait annoncé les chiffres américains pour Copenhague: baisse de 17% des émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2020 par rapport aux niveaux de 2005 (soit environ -4% par rapport à 1990) et de 42% en 2030 par rapport à 2005.

 

 

 

Première publication : 18/12/2009

  • SOMMET DE COPENHAGUE

    Les 193 pays planchent sur une déclaration a minima

    En savoir plus

  • SOMMET DE COPENHAGUE

    Un festival de déclarations... et de petites phrases

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)