Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : insécurité alimentaire en Casamance

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Otages en Syrie : la rançon ou la mort ?

En savoir plus

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Porto élimine Lille, reversé en Ligue Europa

    En savoir plus

EUROPE

L'Europe ouvre ses portes aux ressortissants des Balkans

Vidéo par Pauline GODART

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/12/2009

Depuis samedi minuit, les citoyens serbes, macédoniens et monténégrins peuvent se rendre dans les 25 pays de l'espace Schengen sans visa, pour une durée de 90 jours maximum.

AFP - La Serbie, la Macédoine et le Monténégro ont célébré dans la nuit de vendredi à samedi la levée de l'obligation de visas pour leurs citoyens se rendant en Europe, ressentie comme un retour des Balkans vers la "famille européenne".

"Ca marche! Les citoyens serbes peuvent vraiment traverser la frontière sans visas", s'est exclamé le ministre serbe des Affaires étrangères, Vuk Jeremic, devant la télévision publique RTS, après avoir franchi, un peu après minuit, la frontière avec la Hongrie.

Depuis samedi 00H00 locales (vendredi 23H00 GMT), les ressortissants serbes, macédoniens et monténégrins munis d'un passeport biométrique ont la possibilité de se rendre sans visa et pour une durée allant jusqu'à 90 jours dans les 25 pays de la "zone Schengen de libre-circulation des personnes", dont font partie la plupart des pays de l'Union européenne, à l'exception toutefois de la Grande-Bretagne et de l'Irlande notamment.

La Suisse, la Norvège et l'Islande font partie en revanche de l'"espace Schengen".

"Nous avons lutté pour cela. Il nous a fallu 20 ans, mais mieux vaut tard que jamais", a ajouté M. Jeremic.

"A partir d'aujourd'hui, a-t-il poursuivi, la Serbie est beaucoup plus proche de l'Europe qu'elle ne l'a été hier".

Le gouvernement serbe devait se réunir samedi après-midi pour se décider au sujet d'un dépôt de candidature à l'UE.

Beaucoup en Serbie, mais aussi en Macédoine et au Monténégro, rappellent que l'obligation de visas avait été imposée en 1991 à l'encontre du régime de l'ex-président yougoslave, Slobodan Milosevic.

Dans une déclaration commune diffusée vendredi, les ministres serbe, monténégrin et macédonien de l'Intérieur, Ivica Dacic, Ivan Brajovic et Gordana Jankuloska, ont estimé que leurs concitoyens, avec la levée des visas, pouvaient appartenir désormais à la "famille européenne"

La levée de l'obligation de visas constitue un "fort encouragement au rapprochement des Balkans occidentaux vers l'Union", ont ajouté les ministres.

A Skopje, où des milliers de personnes ont dansé vendredi soir dans le centre de la capitale macédonienne en dépit du froid intense, le Premier ministre Nikola Gruevski a salué un "moment historique".

"Le mur des visas est tombé pour la Macédoine. C'est super! Même si, pour l'instant, je ne voyage nulle part, car je n'ai pas d'argent", s'est félicité Slavco Ivanov, un étudiant macédonien de 20 ans.

"Je sais maintenant que lorsque je serai en mesure de voyager, je ne devrai pas faire la queue devant les ambassades ou rassembler toute une tonne de documents pour obtenir un visa", a-t-il ajouté.

Slavco reprend ici une antienne souvent entendue sur les formalités qui étaient nécessaires auparavant pour obtenir un visa vers l'Europe, très mal vécues dans les Balkans, certains n'hésitant pas à dire qu'elles donnaient lieu à un véritable "sadisme consulaire".

Même si une blague en vogue actuellement à Belgrade appelle "le dernier Serbe qui quittera la Serbie le 19 décembre à éteindre la lumière", la situation était paisible samedi aux frontières de la Serbie, selon les médias.

"Nous ne constatons pas pour le 19 décembre et jusqu'à la fin du mois une augmentation de l'intérêt des voyageurs. La crise économique et la grippe H1N1 y contribuent sans doute", déclarait récemment Srdja Kovacevic, la propriétaire d'une agence voyages à Podgorica, au Monténégro.

Quoi qu'il en soit, les gouvernements serbe, monténégrin et macédonien ont chacun organisé un voyage en Europe pour un certain nombre de leurs citoyens pour célébrer l'événement.

Cinquante Serbes, des jeunes pour la plupart, se sont ainsi envolés pour Bruxelles. Ils se rendront ensuite à Rome, Berlin et Paris. C'est la première fois qu'ils franchissaient les frontières de leur pays.
 

Première publication : 19/12/2009

COMMENTAIRE(S)