Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Un raid israélien tue neuf spectateurs de la demi-finale du Mondial à Gaza

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

EUROPE

L'Europe ouvre ses portes aux ressortissants des Balkans

©

Vidéo par Pauline GODART

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/12/2009

Depuis samedi minuit, les citoyens serbes, macédoniens et monténégrins peuvent se rendre dans les 25 pays de l'espace Schengen sans visa, pour une durée de 90 jours maximum.

AFP - La Serbie, la Macédoine et le Monténégro ont célébré dans la nuit de vendredi à samedi la levée de l'obligation de visas pour leurs citoyens se rendant en Europe, ressentie comme un retour des Balkans vers la "famille européenne".

"Ca marche! Les citoyens serbes peuvent vraiment traverser la frontière sans visas", s'est exclamé le ministre serbe des Affaires étrangères, Vuk Jeremic, devant la télévision publique RTS, après avoir franchi, un peu après minuit, la frontière avec la Hongrie.

Depuis samedi 00H00 locales (vendredi 23H00 GMT), les ressortissants serbes, macédoniens et monténégrins munis d'un passeport biométrique ont la possibilité de se rendre sans visa et pour une durée allant jusqu'à 90 jours dans les 25 pays de la "zone Schengen de libre-circulation des personnes", dont font partie la plupart des pays de l'Union européenne, à l'exception toutefois de la Grande-Bretagne et de l'Irlande notamment.

La Suisse, la Norvège et l'Islande font partie en revanche de l'"espace Schengen".

"Nous avons lutté pour cela. Il nous a fallu 20 ans, mais mieux vaut tard que jamais", a ajouté M. Jeremic.

"A partir d'aujourd'hui, a-t-il poursuivi, la Serbie est beaucoup plus proche de l'Europe qu'elle ne l'a été hier".

Le gouvernement serbe devait se réunir samedi après-midi pour se décider au sujet d'un dépôt de candidature à l'UE.

Beaucoup en Serbie, mais aussi en Macédoine et au Monténégro, rappellent que l'obligation de visas avait été imposée en 1991 à l'encontre du régime de l'ex-président yougoslave, Slobodan Milosevic.

Dans une déclaration commune diffusée vendredi, les ministres serbe, monténégrin et macédonien de l'Intérieur, Ivica Dacic, Ivan Brajovic et Gordana Jankuloska, ont estimé que leurs concitoyens, avec la levée des visas, pouvaient appartenir désormais à la "famille européenne"

La levée de l'obligation de visas constitue un "fort encouragement au rapprochement des Balkans occidentaux vers l'Union", ont ajouté les ministres.

A Skopje, où des milliers de personnes ont dansé vendredi soir dans le centre de la capitale macédonienne en dépit du froid intense, le Premier ministre Nikola Gruevski a salué un "moment historique".

"Le mur des visas est tombé pour la Macédoine. C'est super! Même si, pour l'instant, je ne voyage nulle part, car je n'ai pas d'argent", s'est félicité Slavco Ivanov, un étudiant macédonien de 20 ans.

"Je sais maintenant que lorsque je serai en mesure de voyager, je ne devrai pas faire la queue devant les ambassades ou rassembler toute une tonne de documents pour obtenir un visa", a-t-il ajouté.

Slavco reprend ici une antienne souvent entendue sur les formalités qui étaient nécessaires auparavant pour obtenir un visa vers l'Europe, très mal vécues dans les Balkans, certains n'hésitant pas à dire qu'elles donnaient lieu à un véritable "sadisme consulaire".

Même si une blague en vogue actuellement à Belgrade appelle "le dernier Serbe qui quittera la Serbie le 19 décembre à éteindre la lumière", la situation était paisible samedi aux frontières de la Serbie, selon les médias.

"Nous ne constatons pas pour le 19 décembre et jusqu'à la fin du mois une augmentation de l'intérêt des voyageurs. La crise économique et la grippe H1N1 y contribuent sans doute", déclarait récemment Srdja Kovacevic, la propriétaire d'une agence voyages à Podgorica, au Monténégro.

Quoi qu'il en soit, les gouvernements serbe, monténégrin et macédonien ont chacun organisé un voyage en Europe pour un certain nombre de leurs citoyens pour célébrer l'événement.

Cinquante Serbes, des jeunes pour la plupart, se sont ainsi envolés pour Bruxelles. Ils se rendront ensuite à Rome, Berlin et Paris. C'est la première fois qu'ils franchissaient les frontières de leur pays.
 

Première publication : 19/12/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)